David Bowie vu par Laurent Rieppi

david bowie
david bowie - © Tous droits réservés

Laurent Rieppi répond au questionnaire pour un mémoire de fin d'études sur David Bowie :

Pour toi, quel a été l’élément déclencheur de son succès ? Comment est-il devenu l’icône qu’il est aujourd’hui ?

L. R. : Je pense que la création de son personnage Ziggy Stardust fût vraiment le détonateur qui lui a permis de devenir la légende qu’il est devenu aujourd’hui. Malgré ses quelques premiers bons albums, dans le rôle du Major Tom, le chanteur n’arrivait pas à décoller. Son personnage tout aussi extravagant que provoquant a attiré le public vers lui. De plus, sa capacité à se réinventer tout le temps lui a permis de rester parmi les meilleurs de sa génération.

Justement, en parlant de Ziggy Stardust et de ses différents personnages, est-ce que ceux-ci lui ont donné l’occasion d’évacuer les doutes qu’il avait envers lui-même ? Ses différents personnages ne représentent-ils pas une forme de Schizophrénie? La maladie mentale de son demi-frère l’a-t-il influencé dans sa carrière ? Ses personnages sont-ils tirés de sa propre vie ?

L. R. : Oui, ça l’a sans doute aidé selon moi, maintenant, il est clair que Bowie avait une certaine forme de Schizophrénie en lui. La maladie était inscrite dans ses gênes suite aux problèmes mentaux contractés par des membres de sa famille et il est toujours encore actuellement hanté par cette maladie. Il a d’ailleurs déclaré une fois lors d’une interview qu’avec Ziggy, il n’arrivait plus à reconnaître sa vraie personne, ça l’a beaucoup marqué car il a réellement flirté avec la schizophrénie  lors de cette période et a failli y plonger. Heureusement, le suicide de son personnage en 73 l’a probablement libéré. Concernant la maladie de son demi-frère, il est évident qu’elle l’a marqué dans sa carrière. Il éprouvait une profonde haine envers elle, et il s’en est inspiré dans de nombreuses chansons. Enfin, je peux également affirmer que ses personnages étaient tirés de lui-même, ils représentaient des aspects de lui-même et son évolution également.

Tu parlais de cette capacité à se réinventer tout le temps, mais qu’est ce qui permet de dire que David Bowie est un artiste hors norme ?

L. R. : Bowie a très bien compris l’importance de la communication pour un artiste. Il s’est notamment servi de la rumeur pour attirer les foules. De plus, et c’est ce qui distinguait Bowie des autres, c’est qu’il s’est retrouvé très vite sans manager et a ainsi pris le monopole de sa propre communication, de son image tout en étant un expert dans le domaine. Il a eu des managers, comme Ken Pitt qui lui a permis de s’ouvrir à d’autres formes d’art, comme le cinéma, c’était un très bon manager. Malheureusement, attiré par les sirènes de l’argent, il a décidé ensuite d’engager Tony De Fries, avec qui, il eût des problèmes, l’affaire se réglant en justice. Depuis ce jour-là, il a décidé d’être seul au niveau de sa communication et c’est pour ça qu’on peut le considérer comme un génie de la profession.

Pour toi, est-ce que Bowie a bouleversé les normes de la société dans laquelle il vivait, dans l’industrie de la musique également ?

L. R. : Oui, il a notamment permis à de nombreux artistes (on pense à Boy George) de faire leur " coming out " concernant leur homosexualité grâce à son personnage Ziggy Stardust, son androgynie et sa bissexualité assumée. Et cela s’est forcément propagé sur la société bien qu’en réalité, Bowie n’eut quasiment que des relations hétérosexuelles. Il a néanmoins provoqué une réelle réflexion à ce sujet, provoquant une libération de quelques mœurs de l’époque.

Bowie a-t-il inventé la provocation dans l’industrie musicale ?

L. R. : Non, bien sûr que non. Néanmoins il s’est beaucoup inspiré d’artistes qui ne vivaient que pour provoquer et casser les règles de l’époque. Dali, Iggy Pop, Lou Reed, Gene Vincent, Elvis Presley en font partie… Bowie a ainsi fait une sorte de Melting pot de toutes ses inspirations pour casser à son tour les normes de l’époque.

La drogue, passage obligé pour un artiste tel que David Bowie ? Suivait-il la mode de l’époque de grands groupes de Rock?

L. R. : L’œuvre de Bowie a effectivement été influencée par la drogue, mais je pense qu’elle ne représentait qu’une forme d’évasion pour lui comme pour de nombreux groupes de rock de l’époque. En effet, ceux-ci n’avaient plus aucun repère dans la société ni aucune attache, et ce manque de repères les a sans doute énormément bouleversés. Bowie, au même titre que d’autres n’ont ainsi pas réellement utilisé de la drogue pour améliorer leurs performances d’écriture.

Enfin dernière question, pourquoi le succès de Bowie dure encore actuellement ?

L. R. : Je pense que comme je te l’ai dis tout à l’heure sa capacité de réinvention perpétuelle et sa communication d’expert lui a permis de subsister dans l’industrie. Bowie a compris le Rock n’ Roll et surtout le business que représentait celui-ci. Il a d’ailleurs englobé les deux mondes durant sa carrière. Je pense également que David Bowie est un des seuls artistes à n’avoir jamais été ringard. Sa capacité de surfer sur les vagues du moment et surtout son habileté à réaliser les bons choix lui ont permis d’avoir encore ce succès. Bowie a ainsi dû se séparer de certains membres de son groupe qu’il aimait pour se réinventer et ainsi persister. Le chanteur aurait pu se contenter de rester " coincé " par le succès de Ziggy jusque la fin des années 70, il n’en fût rien, il s’est réinventé et cela a encore une fois payé.

 

Travail de Hermand Gillian, étudiant à l’UCL MONS

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK