Corson

Corson
3 images
Corson - © Gilles Dewalque

Corson en interview au micro d'Eric Laforge ce mardi 12 juin dans Lunch Around The Clock. Partons à la découverte de cet auteur-compositeur pop inspiré par les voix lyriques et sa connaissance de la musique symphonique.

Corson (prononcez Corsonne) marie la pop et les arrangements classiques sur un premier morceau qui permet de découvrir son univers très marqué par la musique anglo-saxonne.

Le single " We’ll come again " évoque Coldplay et Radiohead et le meilleur le pop anglaise.

Sur ce premier titre, on comprend que Corson a déjà une plume très affirmée et une voix inoubliable. Inspiré par les voix lyriques et sa connaissance de la musique symphonique, Corson a tous les atouts pour tirer la pop vers les sommets.

L'artiste a su également, pour cette première production, s'entourer d'une bonne équipe avec entre autres Jan Pham Huu Trii (Cyril Mokaiesh, Brigitte), Bastien Burger (Black Strobe, The Do) ou encore François Maxime Boutault (Manu DiBango), réalisateur de l'EP.

Son nom est Corson (prononcez " Corsonne ").  Et si personne ne le connaît encore, comment croire que cet anonymat puisse longtemps résister à la sensation que va susciter immanquablement la voix exceptionnelle de ce chanteur français ?  Une voix qui sort de l’ordinaire puisqu’elle fait cohabiter deux formes de chants aux identités distinctes jugées le plus souvent incompatibles. L’un, pop rock, se situe dans le sillage d’un courant anglo-saxon d’où émergèrent aussi bien Sting et Bono que David Gahan de Depeche Mode. L’autre relève de la plus pure tradition des chanteurs lyriques et s’inscrit plus spécifiquement dans le registre  des ténors légers. Cette singularité s’explique par un parcours musical atypique que Corson entend assumer pleinement. Elle prend en compte son envie de faire du rock sans avoir à faire le sacrifice du plaisir intense que lui procure la technique du chant classique. Cette fusion entre ses deux voix prend tout son sens et donne sa pleine mesure avec le morceau We’ll Come Again  qui ouvre un premier EP de 6 titres. Composition originale, We’ll Come Again offre par sa limpidité mélodique qu’étayent des arrangements de cordes réalisées par le compositeur et chef d’orchestre Steve Journey, un espace idéal où Corson peut libérer la dualité si particulière de son chant, où il peut réaliser cette métamorphose pour le moins fascinante qui voit le chanteur pop se changer en chanteur d’opéra sans rompre l’harmonie. Cette performance ne saurait toutefois faire oublier les talents de compositeurs de Corson qui avec Lost In The Air, Forever Young et Still finit d’installer un univers à la sensibilité mélancolique et élégiaque dont il puise la substance dans l’histoire de sa vie.

Corson est né à Thionville en Lorraine à la fin des années 70. Encouragé par sa mère, il suit dès son plus jeune âge une formation musicale classique avant de découvrir le rock à travers U2 et Nirvana. A l’adolescence il intègre comme chanteur le groupe Samsara fondé par un copain de lycée avec lequel il va écumer sa région natale pendant deux ans. Parallèlement il passe une audition au conservatoire de Thionville pour apprendre le chant lyrique, une envie que lui a inspiré la chanson Miss Sarajevo interprétée en duo par Bono et le ténor italien Luciano Pavarotti. Montrant rapidement des dispositions naturelles pour le répertoire lyrique, il préfère néanmoins ne pas franchir le pas afin de conserver toute sa liberté. Le décès de sa mère va le convaincre définitivement  qu’il doit mener sa vie en réalisant sa passion. Diplômé en Commerce International, il abandonne un poste dans une grande banque luxembourgeoise pour se consacrer totalement à la musique. En hommage à celle qui a deviné en lui une fibre artistique, il se choisit comme nom d’artiste celui de Corson, contraction de la première syllabe du prénom et du nom de sa mère. Sa rencontre avec le producteur Selim Mouhoubi le conduit en 2010 à l’enregistrement des titres de ce premier EP chantés en anglais que réalise François Maxime Boutault et qui préfigure la parution d’un album prévu à l’automne 2012. We’ll Come Again n’est donc qu’un début... Mieux, c’est un envol.

Et aussi

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK