Comment Karl Lagerfeld a porté chance à Chanel

chronique economique
chronique economique - © Tous droits réservés

Quand une personne âgée de 85 ans décède, il est rare que son nom évoque quelque chose aux plus jeunes générations. Karl Lagerfeld ne répond pas à ce critère. D'abord, parce que c'est une icône de la mode et ensuite parce qu'il a réussi à être lui-même une marque sur pied.

Son look : lunettes de soleil, ses cols hauts et son catogan étaient ses marques de fabrique. Impossible de le rater dans une soirée. Sauf la dernière, celle du défilé Chanel du mois de janvier dernier. Pour la première fois depuis 1982, Karl Lagerfeld avait raté ce défilé lui qui occupe le poste de directeur artistique. Son absence avait d'ailleurs suscité pas mal d'articles de presse sur sa santé. Avec son départ ce 19 février, on comprend mieux maintenant la raison de son absence à ce défilé emblématique. On ne sait pas si c'est vrai ou pas, mais Karl Lagerfeld disait à qui voulait l'entendre que son contrat le liant à Chanel était un contrat "à vie". Finalement, il n'a pas eu tort, et son passage comme directeur artistique de Chanel aura porté chance aux propriétaires de cette marque, les très discrets frères Wertheimer. Discrets jusqu'en 2018, car c'est l'an dernier que ces deux frères ont autorisé pour la première fois leur directeur financier à dévoiler les chiffres de Chanel - et ils sont très flatteurs : Chanel avait réalisé à l'époque un chiffre d'affaires de 8.6 milliards d'euros. Et sa marge n'est pas triste non plus puisqu'elle de 28% !

On regrettera Karl Lagerfeld, car à côté de lui, les autres directeurs artistiques ont l'air tristes.

Et même si vers la fin de sa vie, la créativité de Karl Lagerfeld s'est quelque peu essoufflée, il va de soi que ce trublion médiatique y a beaucoup contribué. Mais il a aussi beaucoup apporté à une marque comme Fendi avec laquelle il travaillait depuis 1965. Là aussi, la marque italienne dégage un magnifique chiffre d'affaires de 1.4 milliards d'euros avec aussi une marge proche de 20%. En fait, Karl Lagerfeld a fait beaucoup de bien à ces deux marques, mais sa propre marque ne s'est jamais imposée sur le marché. Et même s'il a ouvert quelques boutiques et un site d'e-commerce, la marque Karl Lagerfeld n'a jamais vraiment décollé... Pas plus d'ailleurs que sa gamme de parfums. À croire qu'il était uniquement l'homme de deux marques.

Mais je m'en voudrais de résumer sa carrière à uniquement quelques chiffres. Il pouvait aussi donner de sa personne et cela à titre gratuit (souvenez-vous de l'aide qu'il a apportée en France à une campagne sur la sécurité routière). À l'époque, il avait mis un gilet jaune sur lui (eh oui !) et son slogan était : "c'est jaune, c'est moche, ça ne va avec rien, mais ça peut vous sauver la vie" - on le regrettera, car à côté de lui, les autres directeurs artistiques ont l'air tristes.

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK