Classic 21 au Graspop : le récap du 2e jour

Classic 21 au Graspop : le récap du 2e jour
58 images
Classic 21 au Graspop : le récap du 2e jour - © Tiffany Peters - Femme von Steel

La transhumance en plaine bondée est en soi un véritable sport, et nous sommes encore montés d’une catégorie en cette journée de samedi, grâce à un soleil généreux (et cuisant), qui aura eu raison de la peau de nombreux festivaliers.

Par contre, aucune crainte pour leurs oreilles, une programmation impeccable aura pu satisfaire les amateurs de tous les genres (et sous-genres). Les Anglais de GloryHammer ont étrenné la mainstage dès midi, suivis de Bad Wolves qui ont proposé aux fans présents de reproduire la scène finale de Game of Thrones, mais telle qu’elle aurait dû être : avec un énorme wall of death entre " white walkers " et les " humains ". Il n’en faudra pas plus pour motiver le public belge, qui s’est exécuté avec un plaisir manifeste.

Les Suédois d’Hammerfall, les Canadiens de Three Days Grace qui foulaient la scène du Graspop pour la première fois, et la formation de Lizzy Hale, Halestorm, ont poursuivi les festivités.

Cliquez sur une image pour voir la galerie complète.

 

Il était temps pour nous d’aller profiter de l’univers de Grand Magus dans le Metal Dome, et de reprendre à plein poumons les chœurs de " Hammer of The North ", dont les notes ont continué à résonner après la fin du concert.

Mais nous n’avons pas traîné, un rendez-vous important nous attendait : la rencontre avec Nergal, leader charismatique de Behemoth. Souriant, disponible, et curieux de voir ce que Cyril tenait dans la main, c’est lui qui nous a accueillis dans la salle d’interview. Ce qu’il a pris pour un " cadeau " pour lui était en réalité un objet à lui faire signer, un petit crucifix home made réalisé par notre animateur.

Le musicien étant particulièrement sensible et engagé autour de la thématique de la religion, dans l’oppression de laquelle il a grandi en Pologne, il a immédiatement demandé plus d’informations, et repartira avec l’objet dont il fera un usage inattendu. En effet, après avoir demandé à Cyril les références de son compte Instagram, il se prendra en photo avec le crucifix, suscitant la réaction de milliers de followers.

S’ensuivra une interview captivante pendant laquelle il nous parlera notamment de Venom (qui lui a donné envie de devenir musicien), de sa philosophie " Free Living/Free Thinking " (vivre librement, penser librement), ou encore de sa vision des réseaux sociaux comme d’une plateforme de liberté supplémentaire.

Côté scène, la promesse a été tenue aussi : un show grandiose, une musicalité surprenante et inspirée, bref une belle claque pour ce show qui a précédé la venue d’autres habitués du lieu…

Slash était en effet de retour avec Myles Kennedy & The Conspirators. Et quel plaisir de partager un début de soirée ensoleillé avec ces musiciens !

En pleine forme, Slash a survolé l’exercice, emmené par la voix envoûtante du leader d’Alter Bridge. Les morceaux sont efficaces, le show est rôdé, la setlist impeccable et parsemée de quelques titres de Guns N' Roses. On ajoutera une mention spéciale pour les chœurs et deuxième voix assurés par Todd Kerns, le bassiste canadien.

Nous poursuivrons les concerts en partageant un pur moment de rock’n’roll avec Phil Campbell & The Bastard Sons. L’ex-Motörhead offrira aux fans tout ce qu’ils attendent : de l’énergie, un son brut et des morceaux à reprendre en chœur, notamment du répertoire de Motörhead ou encore d’Hawkwind.

Entre deux concerts, nous retrouverons Mark Morton de Lamb of God pour une interview.

Très attaché à ses fans, il est toujours surpris de les voir chanter mot pour mot l’intégralité d’une setlist, et reste admiratif des amateurs de Heavy Metal, un public particulier et spécial pour qui il s’agit d’un véritable style de vie.

Nous aurons encore le temps de passer par le concert de Clutch, le temps de se régénérer sur l’excellent " Electric Worry ", et d’attraper quelques minutes de la fin du concert de UFO.

Il nous faudra alors quitter la plaine quelque temps, mais pour une excellente raison : nous avons rendez-vous avec Corey Taylor, frontman de Slipknot, tête d’affiche ce samedi au Graspop.

Les conditions d’interview sont strictes : ni photo, ni vidéo, mais le musicien sera d’une gentillesse et d’une générosité remarquables.

Lors de cette interview, il évoquera le nouvel album (mais ne nous dévoilera pas de scoop), les masques douloureux physiquement mais auxquels les fans tiennent, ou encore sa double chirurgie des genoux, le Knotfest, et l’adrénaline des concerts…

Vous découvrirez l’intégralité de cette interview lors de la reprise de l’émission Classic 21 Metal en septembre, juste après la sortie du nouvel album " We are not That Kind " qui arrivera le 9 août. Un nouveau single a été dévoilé il y a quelques semaines. Peu d’infos ont filtré sur ce nouveau venu, mais nous pourrons vous en dire plus bientôt.

Après avoir discuté avec Corey Taylor, c’est sur scène que Slipknot a confirmé tout ce dont nous avions parlé en interview. Ce besoin pour le groupe de tout donner pour les fans, (une manière de les remercier pour leur soutien inconditionnel), et de livrer le meilleur show à chaque fois, d’être prêt à tout pour le public. Vous retrouverez la review complète du concert ici.

On notera encore la prestation de Lamb of God juste avant Slipknot. Loin d’être des débutants, les Américains ont confirmé leur statut de maîtres de la scène. Une rumeur avait circulé plus tôt sur la plaine aujourd’hui, annonçant le retour de Chris Adler à la batterie pour ce soir, mais c’est bien leur batteur de tournée, Art Cruz, qui était présent pour ce show.

Encore un mot aussi sur King Diamond :aller voir un concert de King Diamond, c'est comme ouvrir un livre pop-up géant ou s'offrir un calendrier de l'avent grandeur nature. Chaque petite porte mène à un personnage, une chanson, une histoire. Le decorum est grandiose, la scène nous emmène d'escaliers en couloirs, guidés par les personnages farfelus de ce récit. La nonne machiavélique, la petite vieille inquiétante, la petite fille... ils sont tous là.

Et le public en redemande. L'ambiance est montée en température aussi haut que la voix du chanteur. Il avait même prévu un petit cadeau pour le public belge : un extrait de son prochain album " The Institute " en avant-première. " Masquerade of Madness " avait été également joué en live au Hellfest la veille pour la première fois, une belle manière de remercier les fans présents sous la Marquee.

Place au jour 3 à présent, sous une véritable canicule. Plus d'infos demain !

Quelques photos d’ambiance

Cliquez sur une image pour voir toute la galerie photo.

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK