Classic 21 à TW Classic : le compte rendu et les photos

Classic 21 à TW Classic: le compte rendu et les photos
68 images
Classic 21 à TW Classic: le compte rendu et les photos - © ben

Ce dimanche 14 juillet se déroulait le troisième volet des festivités de l’été 2019 sur la plaine de Werchter.

Après Werchter Boutique le 8 juin (avec Fleetwood Mac en tête d’affiche), et Rock Werchter le dernier week-end de juin (avec The Cure, Muse, Tool, Greta Van Fleet…), c’était au tour de TW Classic d’accueillir Jimmy Barnes (dont nous vous diffusons régulièrement le duo avec Keith Urban), Switchfoot, John Butler Trio, Skunk Anansie, Anouk, John Fogerty et Bon Jovi.

Nous arriverons sous un ciel menaçant pile à temps pour les premières notes du concert de John Butler Trio… ou plus exactement " quatro " puisqu’en live, le groupe tourne en version augmentée.

En pleine tournée pour son excellent album "Home", pour lequel il avait fait un arrêt dans nos studios de Classic 21, le groupe a opté pour une setlist plus large, plus adaptée en festival.

Il ne s’agira pas d’un focus sur le nouvel album cette fois, mais bien d’apporter un large sourire au public de Werchter en le faisant chanter, danser, et reprendre en chœur les phrases musicales scandées par le guitariste surtalentueux. Il se promènera dans toute la discographie du groupe australien démarré en 2001, riche maintenant de sept albums. Le ton est donné pour ce TW Classic 2019 !

Place ensuite à Skunk Anansie. Si vous êtes un "enfant de la télé", qui regardait MTV dans les années 90, vous n’avez pas pu passer à côté de la charismatique chanteuse Skin, et de son groupe Skunk Anansie. Cela fait 25 ans que le groupe existe et, même si sa notoriété s’est faite plus discrète ces dernières années (avec notamment un hiatus de 2001 à 2009), nous avons assisté aujourd’hui à une prestation qui nous a tous mis d’accord.

Voilà un groupe anglais qui a su se renouveler, bonifier, mûrir et épouser parfaitement l’époque musicale dans laquelle nous sommes. Avec l’hypnotisante chanteuse, féline, envoûtante, à la voix toujours aussi monumentale, nous avons passé plus d’une heure de véritable rock habité, animé d’une belle âme, partagé avec un public sous le charme.

Le nouveau single "What do you do for love" – sorti la semaine dernière – et un nouveau morceau joué pour la toute première fois en live (et c’était chez nous !), accompagnent la sortie de "25LIVE@25", ce nouvel album live qui souligne l’anniversaire de carrière du groupe.

Après Skunk Anansie, place à une grande star du côté néerlandophone (mais pas seulement) : la chanteuse Anouk. Elle qui trustait les charts en 1997 avec son hit "Nobody’s Wife", a continué une très belle carrière, avec aujourd’hui à son actif plus de quinze albums.

Le concert a été rythmé par des ambiances très diverses : le rock des débuts, bien sûr, mais aussi plus de douceur et de maturité, peut-être le résultat de l’arrivée de son sixième enfant, né en 2016. Un choix de vie qui lui réussit puisqu’à 44 ans, elle est plus belle que jamais.

Après un petit moment de break, bel avantage d’un festival d’un jour avec une seule scène, c’est au cœur de l’ambiance hippie et flower power que nous avons plongé. Mis dans l’ambiance avec une série de vidéos d’époque, nous avons accueilli John Fogerty pour son "50 years trip".

Le principe est simple : pendant une heure trente, le chanteur de Creedence Clearwater Revival nous fera vivre "son" Woodstock à lui, 50 ans après l’édition originale d’août 1969.

Au programme, de très nombreux tubes extraits des sept albums de la carrière de CCR, mais aussi des titres qui évoquent l’année 1969 au chanteur : " With a little help from my friends " des Beatles, " Dance to the Music " de Sly & The Family Stone, ou encore "Give Peace a chance" du Plastic Ono Band, chanté par John Lennon. Comment ne pas prolonger l’ambiance festive sans interpréter son hymne "Rockin' All Over the World"? Ce sera fait lors du premier rappel.

Sur scène, la prestation est parfaite. John Fogerty, 74 ans, est en grande forme. Il est entouré d’un band qu’il a choisi avec soin : notamment le batteur de session Kenny Aronoff et à la guitare, un de ses fils, Shane Fogerty. Son second fils, Tyler, montera d’ailleurs sur scène pour partager "Good Golly, Miss Molly" au chant avec lui aussi. On sent assez rapidement que la musique est une histoire de famille chez les Fogerty, qui ne manqueront pas d’ouvrir les albums photos de famille via les écrans géants de part et d’autre de la scène.

Les amateurs de guitare auront trouvé leur bonheur également pendant ce show. On notera l’intro au tapping jouée sur une guitare Music Man ressemblant étrangement à la Eddie Van Halen Signature, et puis cette anecdote racontée par John Fogerty en début de concert.

Rappelons qu’il était sur scène lors de l’édition originelle de Woodstock en 1969, même si on ne voit pas leur show dans le film, et qu’ils ne figurent pas sur la bande-son.

Pour Woodstock 50 (festivités pour les 50 ans prévues à New-York au mois d’août), dont l’organisation reste encore à confirmer, Fogerty a d’ailleurs prévu de rejouer les 11 mêmes titres qu’en 1969, avec la même guitare Rickenbacker qu’il avait sur scène ce soir-là. Il a joué sur celle-ci lors de la prestation de ce dimanche au TW Classic. Son épouse Julie avait fait des recherches pour la retrouver et la racheter à un collectionneur, pour la lui offrir à Noël en 2016.

Fogerty a aussi rappelé cette rancœur gardée à l’encontre du groupe Grateful Dead, qui avait joué tellement longtemps en 1969, que les membres de Creedence Clearwater Revival avaient dû patienter pendant des heures avant de monter sur la scène de Woodstock. Au final, ils avaient joué devant une foule endormie.

Avis aux amateurs, le set complet de Creedence Clearwater Revival à Woodstock va sortir pour la première fois. Le "Live At Woodstock" est attendu pour le 12 août.

Cliquez sur une image pour voir la galerie complète.

Après ce très agréable moment en compagnie de l’univers de Creedence Clearwater Revival, nous avons dû patienter longuement avant de voir monter Bon Jovi sur scène. Tête d’affiche de cette édition, les fans attendent de pied ferme, patientant grâce aux photos et vidéos en direct de la "supérette Bon Jovi". En effet, sur les écrans géants, nous sont proposés alternativement, du merchandising Bon Jovi, des pantalons aux couleurs du groupe, des inscriptions pour la croisière (2.200 fans pourront rejoindre le "Runaway To Paradise Cruise" qui lèvera l’ancre le 26 août prochain), ou encore… de la sauce tomate BonGiovi (si, si).

L’effet de surprise passé, et avec plus d’un quart d’heure de retard, le coup d’envoi est donné pour le concert des Américains du New Jersey. Au menu, une belle setlist qui nous fera voyager des débuts du groupe, à l’univers du dernier album, "This House is not For Sale", pour lequel nous avions rencontré l’artiste.

Le band est particulièrement en forme, et les tubes se mêleront aux morceaux plus actuels. Pour être totalement honnête, les performances vocales du chanteur n’ont pas été à la hauteur de ce qu’il pouvait proposer précédemment, laissant le public un peu sur sa faim.

Mais le bilan de ce festival d’un jour sur la Plaine de Werchter est plus que positif. Nous avons pu replonger dans les racines du rock et voir son avenir, le tout en quelques heures à peine.

Visionnez toutes les photos du concert de Bon Jovi en cliquant sur une image.

Crédits photos : Benoît Bouchez

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK