Brian May " The Red Special "

brian may
6 images
brian may - © Tous droits réservés

Nous sommes à quelques jours de la sortie officielle de "Bohemian Rhapsody" le film qui retracera l’histoire du groupe Queen ainsi que de son charismatique "frontman" Freddie Mercury, et au moment où je vous parle, plusieurs auditeurs ont, grâce à Classic 21, assisté à l’avant première exclusive de ce long métrage, une magnifique occasion pour Guitar Story de revenir sur la création de la guitare de Brian May. Une guitare dont les multiples sonorités sont, au même titre que la voix de Farruk Bulsara, la signature sonore de Queen. 

Cette guitare, surnommée " Red Special ", est effectivement spéciale et ce, à plus d’un titre. Spéciale car premièrement, pour Brian May, c’est aussi un objet que son père et lui ont construit ensemble, dans les années 60, sans avoir aucune notion de lutherie. Spéciale également car cet instrument est unique et offre une gamme sonore très étendue et qui lui est propre. Brian Harlod May a tôt fait d’apprendre les rudiments de la guitare en autodidacte dès l’âge de sept ans, mais après plusieurs années d’apprentissage, le jeune Brian fini par trouver que son instrument n’était pas adapté à la musique qu’il aimait jouer. Pourtant, envisager l’achat d’une Fender ou d’une Gibson était tout bonnement impossible par rapport aux faibles revenus de la famille May.

Cela n’a cependant pas découragé le futur guitariste de Queen qui décida carrément d’en construire une, en compagnie de son père Harold. Comme vous vous en douter, il fallut une certaine audace  pour se lancer dans une telle entreprise car, je vous le rappelle, ni l’un, ni l’autre, n’avaient de notions de lutherie. Et non seulement ils se sont engagé dans cette construction folle mais durent également fabriquer eux même les outils nécessaires à cet ouvrage.

Spécial également, sont les composants utilisés pour élaborer la future "Red Special".

Le corps et le manche tout d’abord, furent façonnés à la main par Brian, dans des éléments venant d’une vieille cheminée, datant du 18ème siècle, et qui comprend : une poutre en acajou, qui servira donc pour le manche, et une autre pièce en chêne destinée à devenir la partie centrale du corps. Un corps qui, contrairement à ce qu’il laisse paraitre, n’est pas plein mais partiellement creux. Enfin pour lui donner un aspect de type "Solyd-body", ce dernier fut complétement recouvert d’un placage, lui aussi, en acajou. Le manche quant à lui, a donc été sculpté manuellement et méticuleusement par Brian, et non sans peine, puisque pour transformer une pièce de bois de plus de 200 ans à la main, vous imaginez sans peine qu’il lui a fallu une sacré dose d’huile de coude.

Une fois la forme désirée enfin obtenue, ce manche fut recouvert d’une touche de chêne, enduite de vernis noir, et les petits repères de touches blancs qui garnissent ce dernier sont tout simplement des boutons que Brian avait dégotés dans la boite à couture de sa mère. Une nouvelle preuve que dans la famille May, ont était vraiment les rois de la débrouille.

 

C’est donc l’alliance entre ce manche épais, dur comme une batte de base-ball, et le corps, en partie évidé, qui donnera à la "Red Special" sa résonance et sa tonalité unique.

Pour refermer ce premier numéro sur la Red Special de Brain May, je vous propose de retrouver Queen avec un extrait du tout premier album, en 1973 et composé par Brian May, voici ''Son And Daughter''. 

 

 

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK