Brian May partage une nouvelle version de "Too Much Love Will Kill You"

Nous vous l’annoncions en juin dernier, le guitariste s’apprête à ressortir Back to the Light, l’album de 1992 sur lequel on retrouve des hits tels que "Too Much Love Will Kill You" et "Driven By You".

 

A cette occasion, il partage cette nouvelle version du hit de 1992, "sans doute le titre le plus important" qu’il a écrit, selon ses propres dires.

"Frank Musker, sa compagne de l’époque et moi-même travaillions ensemble et c’était comme une thérapie pour moi. Je déversais tous ces mots parce que je me sentais comme emprisonné. Je me retrouvais dans un endroit duquel je ne pourrais jamais m’échapper. Tout ce que je pouvais faire, c’est écrire à ce sujet. C’est le seul titre que j’ai écrit en – environ – 9 mois, ou un an…"

Découvrez cette nouvelle version ci-dessous :

 

Brian May est toujours poursuivi par les paroles de ce titre : "Les choses contre lesquelles je me battais sont toujours présentes. "Too Much Love Will Kill You" représente tout ce qui est enterré au plus profond de mon être. Chaque mot, quand je les écoute encore aujourd’hui, chaque mot compte encore pour moi. Je suis toujours dans la même situation. C’est exactement ce qui me représente en mon for intérieur."

C’est dans le cadre de ses "Brian May Gold Series" qu’il propose cette version remasterisée par Bob Ludwig en CD, vinyle et sous format digital prévue pour le 6 août. On apprend aussi que quelques bonus seront disponibles sur un deuxième disque, Out of the Light et qu’une version deluxe accompagnée d’un livret et d’une affiche sera également proposée.

2 images
© Tous droits réservés

L’artiste s’est exprimé via un communiqué relayé par le Classic Rock Magazine : "J’étais nerveux à l’idée de replonger dans ce travail. Je me demandais ce que ça allait faire ressortir. Mais j’ai aussi adoré m’y remettre !"

"J’espère que cela permettra aux personnes qui n’ont jamais entendu ces morceaux de s’y connecter. Ils me connaissent en tant que guitariste de Queen, d’autres comme astronome, d’autres comme un fervent défenseur des droits des animaux… Je suis aussi une sorte d’évangéliste de la stéréoscopie victorienne en 3D… Mais peu de gens m’ont entendu en solo."

"J’ai hâte de voir comment cela sera reçu. J’ai trouvé fascinant le fait de redécouvrir ce que j’avais composé, ce que cela signifiait pour moi et comment s’est passé l’enregistrement. Certains titres sont "massifs", je me demande comment on a pu arriver à un tel résultat. C’est très épique, et j’adore ça."

"Et puis d’un autre côté, il y a aussi des titres très simples, vraiment discrets et très émouvants. Il y a toujours un tas de choses que je ressens aujourd’hui et que j’éprouvais déjà à l’époque. Je ressens toujours ces dangers, ces peurs, ces espoirs et ces rêves."

Le guitariste de Queen expliquait en juin se sentir "dévasté" et "furieux" à la vue de la "boue nauséabonde et puante" qui recouvre une partie du sol de sa maison après les inondations que Londres a essuyées ces derniers jours.

Son domicile de Kensington, à l’ouest de Londres, n’a pas été épargné par les débordements des eaux usées qui recouvrent maintenant ses tapis, ses précieuses photos de famille, et ses souvenirs.

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK