"Brel", l'album posthume de Maurane dans les Classiques

Embed from Getty Images

Dimanche matin, Marc Ysaye reçoit le pianiste Philippe Decock pour la sortie de l’album hommage à Brel interprété par Maurane.

À l’occasion des 40 ans de la disparition de Jacques Brel, Maurane avait décidé de lui rendre hommage dans un nouvel album. Tristement interrompu par la disparition de la chanteuse, "Brel" est finalement sorti ce 12 octobre.

Le 15 mars dernier sur son compte Twitter, Maurane annonçait avec un ironie, mais surtout beaucoup de fierté, la future sortie d'un nouvel album consacré à Jacques Brel. Dans cet album de reprises, elle décidait de rendre hommage à un des plus grands interprètes de la chanson française qui avait laissé le monde en deuil il y a 40 ans.

Cet hommage, Maurane en parlait comme "un rêve qui se réalise". Elle se souvenait de ses tout débuts dans la chanson, c'était en chantant Brel. En 1979, alors âgée de 18 ans, elle donnait son premier grand spectacle aux côtés de Philippe Lafontaine, "un Jacques Brel à mille temps", initié par Albert-André Lheureux.

 

Alors qu'elle chantait encore "La chanson des vieux amants" aux côtés de Typh Barrow lors de la fête de l'Iris à Bruxelles, Maurane décède subitement le lendemain, le 7 mai, laissant son oeuvre à l'abandon.

Après sa disparition, sa fille Lou décide de poursuivre et terminer la réalisation de cet album avec Philippe De Cock, le pianiste de sa maman. 

Si sa maison de disques s'y opposait, Lou a insisté pour publier "ce dernier témoignage discographique". Invitée du 8-9 ce 11 octobre, elle s'exprime : "C'est devenu une obsession de le terminer, quand on voit une artiste qui venait de remonter sur scène et qui s'est faite coupée dans son élan après deux ans d'absence".

L'album

"Ceci n’est pas un album posthume. C’est le dernier disque de Maurane. Tout simplement et magnifiquement", écrit Didier Varrod, l’animateur de Foule sentimentale sur France Inter.

Dès le début, Lou s'exprimait déjà au Parisien sur l'album de sa maman : "Il y a 14 chansons exploitables, on va voir si on garde tout (...) l'idée est de lui rendre hommage le plus authentique possible".

12 d'entre elles ont finalement retenu l'attention de Lou et de Philippe De Cock : "On a fait des arrangements très sobres, il n'y a pas d'effet sur sa voix, on a essayé de garder l'émotion au maximum", révèle-t-elle dans le 8-9.

Dans "Brel", Maurane reprend des grands classiques de Jacques Brel comme "Quand on a que l'amour" ou encore "Amsterdam", mais elle tenait également à ressortir des titres moins connus de l'artiste comme "Rosa" ou encore "Fils de".

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK