Bohemian Rhapsody, le film

Bohemian Rhapsody, le film
Bohemian Rhapsody, le film - © Tous droits réservés

C'est au son de l'introduction de la 20th Century Fox, revisitée pour l'occasion par Brian May, que débute l'aventure "Bohemian Rhapsody"...

Et aventure est le mot juste, même la production du film a été une véritable épopée, débutée il y a aujourd'hui plus de 8 ans. 8 années de tentatives, de changements de réalisateurs, de producteurs et même d'acteur principal... Après avoir cru que Sacha Baron Cohen allait incarner le grand Freddie Mercury à l'écran durant de très nombreux mois, nous apprenions finalement en 2016 que Rami Malek, acteur principal de la très bonne série américaine Mister Robot, avait la lourde tâche d'incarner l'un des plus grands chanteurs et showman de l'histoire du 20ème siècle.

Après toutes ces péripéties et autres bouleversements, on était en droit d'être quelque peu inquiets par le résultat final. Les différentes bandes-annonces diffusées ça et là depuis quelques mois nous avaient cependant un peu rassuré quant à la qualité de ce biopic signé par le réalisateur Bryan Singer (crédité officiellement même si c'est son collaborateur Newton Thomas Sigel qui fait le boulot), responsable notamment de la série de films à succès X-Men

Freddie Mercury l'a toujours défendu, il n'a jamais été un grand amateur de littérature.

Pourtant, lorsqu'on se penche sur ses paroles, et notamment celles des titres de la première période, on a l'impression de plonger dans un univers "heroic fantasy" dont seuls certains des plus grands lecteurs de Tolkien ont le secret (n'est ce pas Mister Robert Plant?). Il n'en est rien ici, Mercury avait simplement une imagination débordante...

Sa vie par contre aurait pu être un formidable roman tant elle est remplie de rebondissements, de moments de bonheur intense, de tristesse absolue, de solitude, d'amour, de trahisons... Ce roman est ici adapté en un peu plus de deux heures par le réalisateur américain.

Si le film est assez linéaire et se concentre essentiellement à décrire l'histoire de Freddie Mercury et Queen entre les débuts, en 1970, et la consécration qu'a été l'apparition du groupe au Live Aid en 1985, il ne manque pas pour autant de dynamisme et de rythme et nous offre un divertissement de grande qualité.

C'est un Freddie Mercury devant faire face à des conflits familiaux, des disputes au sein du groupe et en amour, que l'on retrouve ici impeccablement incarné par Rami Malek. La musique occupe, bien entendu, un grand rôle, et les différentes séquences évoquant les tournées incessantes, sont un véritable plaisir pour les yeux et les oreilles. La restitution y est fidèle au niveau des vêtements et des décors, et le son est évidemment celui du groupe en concert à l'époque...

La reconstitution du Live Aid est particulièrement bluffante. Tant aujourd'hui regarder les images du Live Aid original peut avoir un aspect vieillot - qualité TV de l'image oblige - tant ici on revit le concert de façon très moderne, plongeant du cœur de la foule à la scène en passant par des vues du ciel vertigineuses.

Les fans les plus exigeants du groupe, dont je fais partie, pourront cependant regretter quelques "arrangements" chronologiques et autres adaptations historiques au service de la dramatisation du long métrage. On reste ici dans une production inspirée d'une histoire de vie et non pas dans un documentaire totalement fidèle. Cependant, pour un plus grand public, désireux de revivre les sensations de la grande période de Queen ou, tout simplement, pour le jeune public souhaitant en savoir plus sur la saga derrière des titres mythiques tels que "Bohemian Rhapsody", "Another One Bites The Dust", "We Will Rock You" ou encore "Love of My Life", le film s'avère d'une efficacité redoutable.

Et puis tout simplement, pour la mémoire de Freddie Mercury, né à Zanzibar, élevé en Inde et débarqué très jeune en Angleterre pour finalement devenir l'une des plus grande voix de l'histoire du rock britannique, quel accomplissement posthume! Si Freddie nous regarde de là-haut, il est probablement en train de sourire et nous répond: "c'est juste normal... je suis une légende, darling!"

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK