BD : Leonardo da Vinci - Pol, Tome 1 l'ile de la stupidité - Sonar

BD : Leonardo da Vinci - Pol, Tome 1 l’ile de la stupidité - Sonar -
4 images
BD : Leonardo da Vinci - Pol, Tome 1 l’ile de la stupidité - Sonar - - © Tous droits réservés

Tome 3 de la série d'aventure historique sur Venise ''Marina : Razzias'', côté humour un recueil de gags policiers funs et sans prétention, en troisième lieu une BD Fantasy truffée de références aux mythes scandinaves ''Ragnarök''.

 

Mille milliards de mille sabords, le mercredi à 12h45, Eric Laforge évoque le 9ème art, la Bande Dessinée, avec les sorties et les rééditions. Saperlipopette, vous aurez des conseils de lecture pour passer du bon temps, un album à la main.

Leonardo da Vinci

Editions Joker

Par Bernard Swysen

 

" Enfin une bio complète en BD sur Leonardo Da Vinci. " C’est ce que revendique un autocollant sur la couverture de cet album. Une chose est certaine, on y apprend plein de choses, non seulement sur la vie de ce génie du XVème siècle mais aussi sur des éléments historiques de l’époque. Il est intéressant, dans la période parfois agitée que nous vivons de se souvenir qu’il a existé du côté de Florence une république théocratique dont une des actions méprisables a été le bucher des vanités. Autrement dit, la destruction de tableaux, bijoux, livres non religieux et instruments de musique. Comme dirait ma grand-mère, l’Histoire est un éternel recommencement. Mais revenons à Leonardo dont on comprend qu’il a été assez peu reconnu à sa juste valeur par ses contemporains, même si au final, il a influencé son époque. Son esprit curieux constamment en ébullition face aux phénomènes naturels lui a permis d’envisager des solutions à nombre de problèmes. On s’aperçoit aussi que ramener Da Vinci à un peintre qui a créé la Joconde est un peu réducteur. Si vous aimez l’Histoire, si vous êtes curieux, si vous aimez les grands personnages et surtout si vous aimez les bonnes BDs, alors ça vous fait 4 bonnes raisons de lire cet album. Je pourrais vous énumérer une trentaine d’autres raisons, mais le temps me manque.

Sonar

Glénat

Par Runberg et Chee Yang

 

De la légèreté, on passe à l’épouvante, bien que pas fan habituellement de ce genre, j’ai adoré. Le suspens est haletant, on sent monter petit à petit une tension. Comme dans un film d’horreur, on distingue de vagues formes, on extrapole des scénaris et on rallume la lumière parce que bon… quand même quoi ! L’histoire : une équipe de plongeurs trouve deux épaves au large de la Sicile, étrangement les deux épaves sont recouvertes de rochers. L’une, un vieux navire du seizième siècle est encore en parfait état, le bois n’a pas été endommagé par le séjour sous l’eau. Mais très vite les choses s’enveniment entre les membres d’équipage, les jeunes s’en prennent aux plus anciens. Et ça tourne très très mal, pire que ça même. Je terminerai juste en ajoutant que si vous entendez la sirène c’est d’une part que vous êtes jeune et d’autre part… qu’il est déjà trop tard.

Et aussi

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK