Barock Never Dies : ''Can't Help Falling in Love'' Elvis Presley – Jean Paul Egide Martini

Le King, le grand, le fort, le très rock 'n roll Elvis Presley et son ''Can’t Help Falling in Love''. Ce morceau, Elvis ne l’a pas composé tout seul, c’est une chanson française du 18e siècle, et il l’a découverte quand il est venu en Europe et plus particulièrement pendant ses brefs passages à Paris où il avait des petites copines, c’est une chanson qui s’appelle ''Plaisir d’Amour''.

Plaisir d’amour ne dure qu’un moment / Chagrin d’amour dure toute la vie…

C’est une romance, et son compositeur s’appelle monsieur Schwarzendorf. Il était allemand, mais dans sa jeunesse il s’est installé en France où la mode à l’époque c’était d’être inspiré par l’Italie… Il a donc changé de nom et s’est fait appeler MartiniJean Paul Egide Martini. Et ce monsieur avait un petit talent très apprécié pour la musique galante justement, il a été le premier en France à publier des romances et ce qu’on appelait des 'airs détachés' avec accompagnement de piano. La chanson Plaisir d’amour est donc née au 18e et puis elle a donc attendu 177 ans avant de sortir de l’oubli à bord d’un film, en 61, ''Blue Hawaï'', film dans lequel Elvis dévoilait au monde LA chanson qui allait devenir la plus romantique de son répertoire.

Et une fois ressortie des cartons, eh bien cette musique s’est imposée comme un grand classique, une mélodie célèbre et plusieurs reprises : Marianne Faithfull, Nana Mouskouri, Brigitte Bardot, Eddy Mitchell, pour ne citer qu’eux.

Puis la chanson a refait le tour du monde en 93 avec la reprise reggae du groupe UB 40 pour un autre film, plus érotique que romantique, c’était ''Sliver'', avec Sharon Stone et Alec Baldwin. Et enfin, je m’en voudrais de ne pas mentionner Dorothée, qui en 1994 nous a quand même pondu une version très fleurie pour sa séquence ''Le Jardin des Chansons''.

 

Il paraît qu’à 11 ans, le petit Elvis avait demandé comme cadeau une carabine ou un vélo. Seulement, sa maman n’était pas d’accord, elle était fan de musique country, et du coup, elle lui a offert une guitare. Et elle a bien fait puisqu’à 18 ans, il enregistrait ses 2 premiers titres, était repéré par Phillips, et boum, c’était parti pour une carrière de légende : 700 millions de disques vendus de son vivant, et presque autant après sa mort. La chanson de Martini a donc un bon support en passant par Elvis. La ''Romance du Chevrier'' (comme elle s’appelait au 18e siècle) s’est bien débrouillée pour se faire entendre, et sûrement pour ne plus jamais se faire oublier…

Où sont les points communs entre Bach et les Beach Boys ? Entre un chanteur lyrique et un adepte du chant guttural ? Dans baroque, il y a " rock " : chaque semaine, Barock Never Dies dévoile les généalogies de célèbres titres rock qui ont puisé avec talent dans le répertoire de la musique classique.

 

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK