“Back to black” d’Amy Winehouse, l’album légendaire qui causa sa perte

Laissez-vous embarquer dans les années 2000 pour ce nouvel épisode du podcast A Day In The Life. Ce cinquième volet vous transporte dans une vie rock’n’roll faite d’abus qui ont détruit le corps de Tommy Logan, une rockstar fictive sortie tout droit de l’imagination de Paul Colize. L’opportunité de se replonger dans l’ascension d’une légende bien réelle, détruite elle aussi par son addiction à l’alcool et aux drogues, Amy Winehouse.**

A Day In The Life vous transporte dans cinq décennies à travers cinq histoires bouleversantes. Cinq personnages fictifs dont la vie a basculé. Disponible sur Auvio et les applications de podcasts, chaque épisode raconte une fiction, écrite par un auteur belge, avec les classiques du rock comme bande originale. Ce cinquième épisode : Tommy Logan, vous entraîne dans le lourd secret d’une rockstar planétaire, écrit par Paul Colize et narré par Didier Gesquière. Tommy doit faire un choix, privilégier sa santé ou sa carrière. L’occasion pour nous de vous parler d’un autre combat, celui d’Amy Winehouse contre ses démons. Bataille qu’elle a finie par perdre le 23 juillet 2011, emportée par une overdose d’alcool…

Rebelle et fragile

4 images
Amy Winehouse © Getty

Née à Londres le 14 septembre 1983, d’une mère pharmacienne et d’un père chauffeur de taxi, Amy Jade Winehouse baigne très tôt dans la musique et surtout dans le jazz. Son père Mitch Winehouse, l’initie à Ella Fitzgerald, Sarah Vaughan ou encore Frank Sinatra. Amy aime tellement cet univers, que ses parents lui font suivre des cours de chant dès ses huit ans. L’année qui suit, Amy passe par une période difficile, ses parents divorcent. La future star vit sa première descente aux enfers à tout juste neuf ans, elle tombe dans une inquiétante dépression et devient boulimique.

À treize ans, la chanteuse intègre l’école de danse, de théâtre et de chant, Sylvia Young Theatre School ; et très vite, elle se différencie des autres. En 2015, la fondatrice de l’école se souvient la voix était déjà fabuleuse, mais c’est son écriture qui la distinguait, c’était totalement brillant” déclarait Sylvia Young au Daily Mail. Malgré son talent indéniable, Amy est une rebelle. Elle finit par être renvoyée de la Sylvia Young Theatre School à cause de son attitude et de son manque d’investissement. Des comportements qui semblent marqués par un mal-être, comme si Amy faisait déjà face à une bataille intérieure malgré son jeune âge. C’est d’ailleurs à treize ans que l’adolescente commence à prendre des antidépresseurs**.** Pourtant, malgré ses démons et ses peurs, Amy continue à écrire et à monter sur scène, quand le destin frappa à sa porte en 2002…

4 images
Amy Winehouse © Getty

Back to Black

Alors âgée de dix-neuf ans, Amy se fait repérer et signe chez Island Records. En 2003, elle sort son premier album Frank en hommage à Frank Sinatra, que son père et elle admiraient. Interviewée lors de la promo de son album, Amy déclarait : Je ne pense pas du tout que je deviendrai célèbre. Je ne pense pas pouvoir le supporter, je deviendrais probablement folle."

C’est trois ans plus tard, avec Back to Black qu’Amy chamboule le monde musical. Une véritable tornade qui emporte tout sur son passage : la chanson Rehab" devient un phénomène mondial et Back to Black est salué par la critique pour ses textes et le style incomparable d’Amy. Près de dix millions d’exemplaires seront vendus dans le monde et une pluie de récompenses suivront, dont cinq Grammy Awards.

Ce qui a fait le succès de Back to Black tient peut-être à l’émotion pure qui en transpire. Amy livre des chansons très personnelles, voire intimes, puisqu’elle y parle de son histoire d’amour tumultueuse avec son ex-petit ami et futur mari, Blake Fielder-Civil. Une relation dépendante et toxique où Blake initie Amy aux drogues dures. C’est leur courte séparation qui a inspiré la chanteuse à écrire sur l’infidélité, le chagrin et la culpabilité. Une douleur d’écorchée vive que l’on retrouve dans l’album et qui a hypnotisé la planète.

Descente aux enfers

À cette époque, le succès tombe sur Amy comme une météorite. Les paparazzis la suivent absolument partout et les substances illicites obscurcissent davantage la vie de la chanteuse. Amy abuse de l’alcool et des drogues et devient l’ombre d’elle-même, tenant souvent à peine debout. Ses performances sur scène deviennent un fiasco total. Ses fans s’inquiètent pour elle, tout comme l’industrie musicale. En 2008, Keith Richards interviewé par le Daily Mail, parle des musiciens qu’il aime et partage son inquiétude concernant Amy : Il n’y a qu’une personne. Cette fille, Amy Winehouse. Mais elle ne restera pas longtemps parmi nous si elle ne résout pas ses problèmes très vite." Entre 2007 et 2011, Amy fait plusieurs séjours en centre de désintoxication, tentant de vaincre ses démons.

Tout s’accélère quand, cet été-là, son père insiste pour qu’elle fasse une tournée européenne. Le 18 juin 2011, Amy est donc sur scène, à Belgrade, mais elle est bien trop éméchée pour monter sur scène. C’est la déception pour les fans et le désarroi pour ses managers, contraints d’annuler le reste de la tournée. À ce moment-là, personne ne se doute encore que ce concert raté sera son dernier…

Après ce malheureux épisode en Serbie, Amy rentre à Londres pour effectuer une nouvelle cure de désintox. Un mois plus tard, le 23 juillet 2011, le corps de la star est retrouvé sans vie chez elle par son garde du corps. Amy a succombé à une overdose d’alcool à l’âge de 27 ans, faisant d’elle un des membres du tristement célèbre club des 27 : ces artistes légendaires tous décédés à l’âge de 27 ans.

L’après Amy

Depuis son décès, ni le monde de la musique ni le public ne l’ont oublié. En 2015, le cinéma lui rend même hommage avec *“Amy”*, un documentaire britannique multi-récompensé qui retrace la vie intime de la chanteuse avec des images d’archives inédites et émouvantes. Plus récemment, les plus grands tubes d’Amy sont sortis en format vinyle 7” offrant au public des contenus exclusifs.

Musicienne légendaire aux dons innés, Amy Winehouse avait peur de perdre la raison en devenant célèbre, peut-être était-ce une prémonition…

À lire aussi : “Wonderwall d’Oasis, l’histoire derrière le hit des années 90

Si la dépendance à l’alcool a emporté tragiquement Amy, la rock star du cinquième épisode de A Day in The Life, accro lui aussi aux excès du showbiz, pourrait bien échapper à la mort…

Envie d’écouter d’autres histoires de vie ? Tous les épisodes de A Day In The Life sont disponibles sur Auvio et les applications de podcasts.

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK