Avis de Recherche : The Paul Butterfield Blues Band

Avis de Recherche
Avis de Recherche - © Tous droits réservés

Fils d'un avocat et d'une artiste peintre, PAUL BUTTERFIELD est né et a grandi à Chicago. Son ami d'enfance, futur chanteur et auteur-compositeur Nick Gravenites va faire découvrir le blues à son ami Paul. A 15 ans ils fréquentent assidument les clubs de blues de la ville pourtant réservés au public noir.

Début 60 PAUL BUTTERFIELD rencontre le guitariste Elvin Bishop et 1963 verra la naissance du premier groupe multiracial avec une section rythmique noire composée de Jerome Arnold et Sam Lay.

En 1964 le producteur Paul Rothchild les signe chez Elektra et va les convaincre d'engager un autre guitariste, le phénoménal Mike Bloomfield ainsi que le claviériste Mark Naftalin. Au même moment, PAUL BUTTERFIELD BLUES BAND deviendra la backing band de Bob Dylan durant quelques mois. Entretemps le groupe se fait une formidable réputation du meilleur groupe de blues blanc et se prépare à sortir le troisième album après le départ de Mike Bloomfield, parti rejoindre le groupe The Electric Flag. Le morceau phare du groupe s'intitule "Born In Chicago" écrit par Nick Gravenites et que le groupe jouera à quasi chacun de ses concerts.

Les choses commencent déjà à flotter avec le départ de Bishop et Naftalin ce qui va forcer PAUL BUTTERFIELD a engager d'autres musiciens ainsi qu'une section de cuivres. David Sanborn passera par là et les albums vont se succéder à une cadence régulière mais le groupe assure surtout sa réputation au niveau des concerts.

Le 18 août 1969, PAUL BUTTERFIELD se retrouve sur la scène du célèbre festival de Woodstock mais le concert ne sera pas filmé. Un seul morceau,  "Love March" se retrouvera sur une compilation hommage au festival.

En 1971, PAUL BUTTERFIELD dissout le groupe avant de reprendre le chemin des studios et les tournées avec son nouveau groupe PAUL BUTTERFILED BETTER DAYS avec lequel il va enregistrer deux albums studios. Cette formation compte de brillants musiciens comme Amos Garrett, Ronnie Barron et Geoff Muldaur qui vont sillonner les routes durant deux ans avant une nouvelle dissolution.

En 1975 il rejoint Muddy Waters pour l'enregistrement de l'album The Woodstock Album qui doit son titre au fait que le disque a été enregistré à Woodstock dans les studios de Levon Helm.

PAUL BUTTERFIELD va alors se lancer dans une carrière solo, mais l'alcool et surtout l'héroïne vont complètement gâcher son existence, comme malheureusement beaucoup d'autres avant et après lui. Il va tenter de sortir 3 albums solo, tous fade et sans relief et qui annoncent déjà la fin tragique.

PAUL BUTTERFIELD est très affecté par le décès de son ami Mike Bloomfield et l'héroïne, au départ employée comme calmant pour réduire des douleurs insoutenables suite à une péritonite, va le submerger et va conduire au décès de PAUL BUTTERFIELD dans son appartement de North Hollywood le 4 mai 1987. Quelques jours seulement après une remarquable performance sur les plateaux de la BBC pour les 60 ans de BB King aux côtés de Stevie Ray Vaughan, Albert King, Eric Clapton et Etta James, et qui sera sa toute dernière apparition. A voir absolument car époustouflant.

PAUL BUTTERFIELD avait 44 ans et restera pour toujours un des plus importants harmonicistes de l'histoire du blues moderne.

Et aussi

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK