Amy Winehouse, locataire du club des 27 depuis 10 ans

Le 23 juillet 2011 la londonienne Amy Winehouse s’éteint. Elle a 27 ans. Elle aura lutté à contre-courant contre les voix pop, les cristallines ou rock du moment, elle aura réussi à imposer un style inédit, un mélange nourri à la soul d’Ella Fizgerald, au crooner de Sinatra, au jazz de Sarah Vaughan, au rock’n roll de Wanda Jackson, le tout transposé au gout de cette jeune artiste à fleur de peau, taillée pour être une icône mais trop fragile pour vivre la vie d’une supernova.

Réécoutez l'émission spéciale avec Gabrielle Davroy et Laurent Rieppi :

Ses influences musicales

Laurent Rieppi nous le rappelle, Amy Winehouse grandit dans un bain familial et musical qui jouait plutôt en sa faveur. Elle évolue dans un milieu jazzy, ses parents ont une collection de disques impressionnante… Et parmi les idoles de la petite Amy, il y a Ella Fitzgerald et en particulier le titre " Misty " repris par cette dernière en 1960, 23 ans avant sa naissance !

 

Amy Winehouse citera également Frank Sinatra parmi ses influences et lui dédiera d’ailleurs son 1er album sorti lorsqu’Amy a 20 ans. Le titre de l’album ne laisse place à aucun doute : Frank.

Mitch Winehouse, le père d’Amy, quelques années après la disparition tragique de sa fille, expliquera que le titre favori de sa fille, lorsqu’elle était encore un jeune enfant c’était ce "Fly Me To The Moon" de Frank Sinatra :

 

A 12 ans, Amy Winehouse interprète un titre de Louis Armstrong datant de 1956, un grand classique du jazz : " On The Sunny Side of the Street ".

 

Mais Amy est une jeune fille de son temps, elle écoute aussi les titres actuels. Elle s’intéresse particulièrement à " Ironic " d’Alanis Morissette qu’elle répète pour la chanter à l’école et c’est d’ailleurs en interprétant cette chanson que son père comprend que sa fille a l’étoffe d’une star.

Côté look, mais aussi pour ses textes, ses influences sont définitivement 60’s

On a évoqué quelques influences clefs d’Amy lorsqu’elle était enfant, mais une autre source et qui sera ô combien importante, tant au niveau de l’écriture, du style, que du look, c’est l’influence des fameux " Girls group " des années 60…

Pour comprendre l’amour d’Amy pour ces formations, il faut s’imaginer le Camden des années 90. Amy est adolescente. Elle connaît le bouillonnant quartier de Camden dans ses moindres recoins. En pleine explosion de la pop music et des CD, Amy n’a d’yeux que pour les vinyles vintage des Shangri-La’s, des Ronettes, des Crystals… Amy farfouille dans les bacs des disquaires pour décortiquer les pochettes, les photos de ces albums pour y trouver de l’inspiration….

Inspiration tant musicale que visuelle et c’est là qu’elle puise notamment les éléments clés de son look, sa coiffure, son maquillage, ses vêtements tous droits tirés des pochettes d’album des Ronettes et des tenues de Ronnie Spector :

 

La bande originale de la vie de la jeune Amy était colorée par les Dixie Cups avec " Chapel of Love ", les Ronettes et " Be My Baby " ou encore les Shangri La’s et " Leader of the Pack ".

Ces influences transparaîtront clairement sur l’album Back To Black et notamment dans le célèbre " Rehab " avec son rythme 60’s à souhait.

Malgré sa courte vie, Amy Winehouse aura le temps d’exaucer un de ses souhaits les plus chers, un véritable rêve d’enfant : chanter en duo avec le crooner Tom Bennett, qui, avec Sinatra, faisait partie de ses chanteurs favoris dès son plus jeune âge…

 

Le père d’Amy Winehouse ne cachera pas sa grande fierté, lui qui a initié la petite Amy à cet univers musical. Ce titre sera enregistré le 23 mars 2011 au studio Abbey Road à Londres et constitue un véritable document historique puisqu’il s’agit d’un des derniers enregistrements studios d’Amy Winehouse…

Back To Black

Nous sommes nombreux à avoir découvert Amy Winehouse avec son 2eme album Back to Black qui inonde le monde en 2006 et 2007. 5 singles en seront issus dont " Rehab " finalisé à New York avec son producteur Mark Ronson à l’origine du fameux " No No No " dans le refrain. L'histoire de cette chanson est assez sympa: Amy Winehouse avait raconté à Mark Ronson que sa famille la poussait à faire une cure de désintoxication, Amy Winehouse n'en avait aucune envie. Mark Ronson a proposé à la chanteuse de se servir de cette histoire pour écrire une chanson. Amy Winehouse a alors répondu à Mark Ronson: "No No No!", un "No No No" qui avait une certaine musicalité, un certain rythme ça a plu au producteur et c'est ainsi que naquit "Rehab" et le célèbre " No No No " de la chanson.

 

Le titre " Back to Black " restera central sur cet album. Central parce que cette chanson est immense, mais aussi parce qu’elle véhicule tout le mal-être, la profonde tristesse de la chanteuse démolie par les drogues, l’alcool, le milieu musical, le public qui la hue lorsqu’elle s’écroule sur scène, mais aussi… et peut-être surtout par cette histoire d’amour ravageuse avec celui qui l’épousera et qui la laissera seule pour de bon… Blake Fielder-Civil, le seul, selon elle, qui aurait pu la sauver…

Typh Barrow, grande fan d’Amy Winehouse

Lorsque Typh Barrow a entendu Amy Winehouse pour la première fois, ça a été un choc, une révélation ! Enfin, Typh, adolescente à l’époque, entendait une voix soul qui chantait avec ses tripes tout en étant inédite. Une voix avec un grain, une patte, un style. En entendant Amy Winehouse, Typh Barrow comprend qu’elle peut elle aussi chanter avec son âme. On retrouve la force de " Back to Black " dans " Hurt ", une chanson écrite après une douloureuse rupture.

 

Typh Barrow expliquera d’ailleurs que les blessures sentimentales sont une grande source d’inspiration pour l’écriture de ses chansons. Et lorsqu’on lui demande si elle revit sa peine lorsqu’elle interprète " Hurt ", elle explique tout en nuances qu’elle ne pourrait chanter cette grande tristesse sans aller s’y reconnecter quelques instants ne fût-ce que pour aller chercher l’émotion juste.

De nombreux articles de presse évoquent le parallèle entre les voix et univers d’Amy Winehouse et de Typh Barrow. Une ressemblance qui flatte énormément Typh Barrow. Pour elle, rien ni personne ne peuvent rivaliser avec le talent et l’univers d’Amy Winehouse et lorsqu’elle chante en public "Back to Black", elle s’excuse à l’avance de ne pas l’interpréter aussi bien que la chanteuse londonienne.

 

Typh Barrow sera en concert le 14 août à Lessines et le 12 mars de l’année prochaine à Forest National.

The 27 Club

Un des mythes véhiculés par le rock, c’est le fameux Club des 27.

27 ans, c’est l’âge qu’avaient notamment Jimi Hendrix, Kurt Cobain, Janis Joplin, Brian Jones, Amy Winehouse etc. quand ils nous ont quittés. Dans cette thématique, nous brossons chaque samedi à midi le portrait d’un musicien charismatique, en soulignant son influence et son apport artistique.

 

Mythe ou simple coïncidence ? Gabrielle Davroy et Laurent Rieppi vous proposent ces 9 émissions qui seront traitées comme une collection.

The 27 Club : le samedi de 12h à 13h, et en podcasting via classic21.be et les plateformes de téléchargement.

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK