Alice Cooper voulait que les Stones passent "pour des enfants de choeur" à côté de lui

Dans une nouvelle interview au magazine Metal Hammer, le parrain du Shock Rock est revenu sur ses débuts et ses influences.

Quand on lui a demandé : "Vous souvenez-vous la première fois où un artiste vous a choqué ? Et a-t-il eu un impact sur votre style ?" Il a cité Elvis, les Beatles et les Rolling Stones :

"J’avais 7 ans quand j’ai vu Elvis pour la première fois au Ed Sullivan show. Et quand on était petits, on était tous habitués au Doo-wop. Puis soudain, on a vu Elvis et on ne savait pas si c’était un héro ou un méchant, mais je savais que mes parents l’appréciaient. La deuxième fois, c’était quand on a vu les Beatles. On s’est tous dit : "Wow, regardez ces cheveux, ces chaussures, ces costumes ! Ces chansons sont les meilleures que j’ai entendues !" Et puis les Rolling Stones sont arrivés et j’ai vu la réaction de mes parents. Ils trouvaient ces mecs débraillés et pensaient qu’ils étaient drogués… Et ça m’a attiré."

"Je les ai regardés et je me suis dit : "Si un jour je suis dans un groupe, je veux que ces mecs aient l’air d’enfants de chœur à côté !"

 

Alice Cooper, 73 ans, a déclaré la semaine dernière à Blabbermouth s’être fait vacciner lui et sa femme à Phoenix, Arizona, après avoir contracté la maladie.

Pour son anniversaire au début du mois, il a dévoilé un nouvel extrait de l’album Detroit Stories, intitulé "Social Debris", juste après "Our Love Will Change The World" et "Rock & Roll".

L’album, produit par Bob Ezrin sortira le 26 février et est annoncé comme étant une ode à la ville de Detroit, célébrant le son et l’esprit des années dorées de la ville américaine.

C’est en effet à Detroit que l’aventure d’Alice Cooper a débuté : en 1970, le jeune producteur Bob Ezrin est entré dans une ferme de la banlieue de la ville pour travailler avec lui. Ils ont rapidement abandonné l’univers hippie et peace and love, pour partir vers un côté plus sombre de sa ville natale, et cette scène rock légendaire qui a donné naissance au hard rock, garage rock, soul, funk, punk… et plus encore.

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK