Alice Cooper : sa première expérience de la drogue avec Jimi Hendrix

Le parrain du Shock Rock est revenu sur la première fois où il a pris de la drogue.

C’est au micro de Ralph Sutton et Big Jay Oakerson pour le SDR Show qu’il a expliqué :

"J’étais assis là après un concert [de Jimi Hendrix]. Je voulais les voir. On n’était qu’un petit groupe d’école. Et les gars d’Hendrix nous ont dit de venir dans sa chambre d’hôtel. On était assis sur son lit, et Jimi m’a passé un joint. Et j’ai dit "OK"."

"Et puis il a mis une pièce dans le lit, vous savez, ces lits qui vibrent. Et il y avait environ huit personnes sur le lit. Et il a dit : "On est dans un vaisseau !""

Alice Cooper s’est aussi souvenu de sa pire expérience avec la drogue : "C’était à Detroit, et je pense que c’était du THC crystal. Il était peut-être 4h du matin. Je me suis réveillé et je me suis levé. Je pense qu’il faisait -6° dehors. Et je suis sorti avec seulement mon t-shirt sur moi, simplement pour me revigorer. Et quand je suis rentré, tout le monde émergeait."

"C’était bizarre, c’était comme dans un film de Fellini. C’était si étrange que je pensais que tout le monde était mort et que j’étais le seul survivant."

Alice Cooper est sobre depuis qu’on lui a diagnostiqué une cirrhose en 1983.

 

Récemment, il a révélé l’identité du seul musicien qui l’appelle Vincent Damon Furnier. On a aussi appris qu’un livre intitulé Alice Cooper In The 1970s et écrit par Chris Sutton sortirait le 28 mai prochain.

Sur Classic 21, notre animateur Cyril Wilfart a également rencontré Alice Cooper à l’occasion de la sortie de son album Detroit Stories.

L’artiste est notamment revenu sur ses débuts, et la théâtralité de ses concerts qui trouve ses origines déjà au lycée, et également sur un titre du dernier album écrit en hommage au guitariste original Glen Buxton.

A voir dans son intégralité ci-dessous :

 
Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK