Alice Cooper rend hommage à son guitariste original sur le nouvel album

Le chanteur a consacré un titre présent sur son dernier album, Detroit Stories, à l’un de ses guitaristes original, Glen Buxton.

Ce dernier est décédé des suites de complications liées à une pneumonie en 1997 à l’âge de 49 ans. Il faisait partie du Alice Cooper Band depuis ses débuts et est crédité sur des hits comme "School’s Out", "I’m Eighteen", "Elected," et "10 Minutes Before the Worm".

Dans son interview avec Cyril Wilfart, Alice Cooper a expliqué que le titre "I Hate You", présent sur le dernier album, regroupe les membres survivants du groupe original.

 

Il ajoute que ce titre est une sorte d’hommage à son ami décédé, selon lui "car il ne voulait pas arrêter de faire ce qu’il faisait, et ça l’a finalement tué" : "Finalement, l’idée de ce morceau est de rendre hommage à Glen. Il était notre Keith Richards. La dernière phrase de la chanson dit : Et plus que tout, on te déteste parce que tu as laissé ce vide sur scène. Un vide qu’il est impossible de combler. C’était un moment très touchant pour Glen et pour sa famille parce que ce sentiment est profondément vrai. Glen était tellement essentiel au son du Alice Cooper Band qu’après sa mort, nous avions perdu bien plus qu’un ami."

A écouter à 4 : 25 min. dans l’interview ci-dessous :

Alice Cooper précise que le groupe ne s’est pas séparé en mauvais termes : "Il s’agissait plus d’une séparation que d’un divorce. Nous avions fait notre temps ensemble. Nous avions fait 4 ou 5 disques de platine à la suite et nous n’arrêtions jamais les tournées.
Nous n’avions pas vraiment de pied à terre, nous étions épuisés… et puis, on se connaissait depuis le lycée ! Le temps était venu de nous séparer."

Chaque membre avait d’autres projets en tête, comme Alice Cooper et son Welcome To My Nightmare.

Il continue : "Personne n’a intenté de procès aux autres, il n’y avait aucune haine, aucune colère. Bien sûr, nous étions un peu déstabilisés mais nous n’étions pas fâchés. Denis Dunaway, Neil Smith et moi-même nous parlions tout le temps."

A noter que les musiciens d’origine jouent au moins deux titres sur chacun des quatre derniers albums d’Alice Cooper, et se retrouvent encore de temps en temps sur scène.

Au cours de la même interview, Alice Cooper a aussi révélé que la théâtralité dans ses concerts lui était venue très tôt, alors que les membres du groupe n’étaient encore que des lycéens.

Le nouvel album, "Detroit Stories"

Detroit Stories sort en hommage à la ville natale d’Alice Cooper ce 26 février 2021.

C’est à Detroit que l’aventure d’Alice Cooper a débuté : en 1970, le jeune producteur Bob Ezrin est entré dans une ferme de la banlieue de la ville pour travailler avec lui. Ils ont rapidement abandonné l’univers hippie et peace and love, pour partir vers un côté plus sombre de sa ville natale, et cette scène rock légendaire qui a donné naissance au hard rock, garage rock, soul, funk, punk… et plus encore.

Cinquante ans plus tard, les deux hommes ont décidé de réitérer l’expérience, dans la veine de l’EP "Breadcrumbs" sorti l’an dernier.

Detroit Stories est disponible en CD, CD + DVD Digipak, CD Box Set (dont un CD, Blu-ray, T-shirt, masque, lampe de poche et 3 stickers), et un 2LP, tout ça le 26 février 2021.

Le DVD et Blu-ray proposeront aussi A Paranormal Evening At The Olympia Paris pour la première fois en vidéo.

Pour son anniversaire au début du mois, il a dévoilé un nouvel extrait de cet album, intitulé "Social Debris", juste après "Our Love Will Change The World" et "Rock & Roll".

Dans une autre interview, l’artiste, qui s’est récemment fait vacciner contre le Covid-19 après avoir contracté la maladie, est également revenu sur ses débuts et ses influences, en expliquant qu’il voulait que les Stones passent "pour des enfants de chœur" à côté de lui.

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK