Airline Res-O-Glass 1964 de Jack White, épisode 1

Jack White
2 images
Jack White - © Tous droits réservés

J’ai envie de commencer cette nouvelle série d’épisodes en vous disant "Le Plastic C’est Fantastique" une phrase qu’a bien comprise Jack White puisque nous allons mettre en lumière sa Airline Res-O-Glass, soit la guitare des premières gifles sonores de White Stripes.

En effet depuis Kurt Cobain, les guitaristes qui ont su renouveler le rock avec des instruments minimalistes, datant bien souvent des années 60, ne se bousculent pas aux portillons, ou en tous cas de moins en moins. Heureusement, avec Jack White, le Rock Garage en plein "revival" profite d’un nouveau souffle. Et depuis ce duo que formait Jack avec Meg White en 1997, on est même à cheval entre bourrasques et tempêtes, mais c’est pour notre plus grand plaisir.

Alors parmi les musiciens et gratteurs de tous poils qui ont voué leur vie au Rock N Roll, Jack White, on peut le dire, a lui aussi été touché par le virus de la 'collectionnite' aiguë. C’est même un 'amateur frapadingue' d’engins plus ou moins insolites. Ainsi au milieu de cette "Nation Army" d’instruments étranges qu’il s’est donc accaparé, trône cette fameuse Airline Res-O-Glass avec sa superbe robe rouge et blanche.

Seulement, à la différence d’autres musiciens qui s’affichent volontiers avec des instruments vintages et généralement impayables pour le guitariste lambda, cette Airline se situe plutôt à l’opposé. Puisque depuis sa production aux débuts des 60’s, elle était surtout vendue via des réseaux de grande distribution, comme par exemple le catalogue Montgomery Ward, célèbre aux États-Unis pour s’être spécialisé dans la vente par correspondance de guitares et d’amplis bon marché. Cette Airline Res-O Glass fit longtemps office de guitare vintage bas de gamme, dénichable chez n’importe quel prêteur sur gages pour quelques malheureux dollars.

Bref ! Malgré cela, cet engin est donc peu commun, non seulement par son design particulier mais surtout par son corps, qui n’est pas en plastique comme je vous le laissais sous-entendre au début de la séquence, mais bien en fibre de verre d’où son nom de Res-O-Glass. Et donc en quelques années, elle est devenue un objet incroyablement désirable depuis que Jack White l’a remise au gout du jour brisant ainsi toutes les idées préconçues que pouvait engendrer cet instrument assez inhabituel.

Et pour que vous puissiez vous faire une idée précise du son de ce drôle d’engin, je vous invite d’une part à vous plonger dans le superbe documentaire "It Might Get Loud" tourné avec The Edge et Jimi Page, ou tout simplement en vous remettant dans les oreilles les deux premiers albums des "White Stripes" avec les tubes que sont devenus l’incontournable "Seven Nation Army", ou encore "Fell In Love With A Girl".

Et aussi

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK