Aerosmith, les guitares de Joe Perry – épisode 1

guitar story
5 images
guitar story - © aerosmith

Véritablement en manque de concerts, depuis le début de la crise causée par le Covid 19, nous étions très nombreux à nous réjouir du passage d’Aerosmith sur la plaine de Dessel. Concert qui était prévu le 21 juin à l’affiche du Graspop Festival, jour du solstice d’été, et devant également être le solstice de ce festival dont c’était la 25e édition. Tout était même placé sur base d’anniversaire car le groupe y était justement prévu dans le cadre de la tournée commémorant leurs cinquante ans de carrière.

Ces dernières années les visites du groupe de Boston se sont faites plutôt rares dans notre plat pays. Depuis carrément 10 ans on ne les avait plus vus et avec ce dernier report, puisque la date initiale a été repoussée jusqu’à l’année prochaine, additionnée au demi-siècle d’un des plus grands groupes de rock américain, je me suis dit que l’occasion était toute présentée pour revenir sur les nombreuses guitares du groupe, à commencer par celles de Mister Joe 'Rocking' Perry. Celui qui fut un temps qualifié de 'Toxic Twin', avec son complice Steven Tallarico dit Tyler, est un vrai passionné de guitares à la tête d’un cheptel de prêts de 600 pièces. Une collection de guitares incomparables, accumulée sur cinq décennies, et rassemblées dans ses deux propriétés donnant sur les marais boisés de la côte sud de Boston.

Celle qui fut son cheval de bataille durant les années 70 est une Gibson Les Paul Tobacco Burts de la fin des années cinquante, répertoriée tantôt comme 58’, tantôt comme 59’. Toujours est-il que cette guitare est à l’origine d’une très belle anecdote :

Utilisée donc abondamment durant les seventies, Joe Perry dû s’en séparer en 1981. Ces années de dépendance à la drogue l’avaient pratiquement mis sur la paille et il lui fallait de l’argent pour Noël. Au fil des ans, c’est tout d’abord Eric Johnson qui s’en fit propriétaire et proposa, déjà en 1984, de la revendre à Joe Perry qui, malheureusement, n’en eut pas les moyens. Cinq ans plus tard, en 1989, Aerosmith commença les séances de travail pour l’album ''Get A Grip'' et notre guitariste chercha à nouveau, et à tout prix, à récupérer cette 'six-cordes' mais impossible de savoir alors ce qu’elle était devenue.

www.ten-guitars.de/guitar/2013-gibson-les-paul-59-joe-perry-aged-and-signed/fotos

Et puis un beau jour c’est Brad Withford qui, lors d’une répétition est venu trouver Joe Perry avec un magazine de guitares dont le poster central présentait Slash et sa collection de grattes au sein de laquelle – surprise – se trouvait cette fameuse Les Paul. Joe Perry prit immédiatement contact avec Slash, allant même jusqu’à le supplier de lui revendre l’instrument à n’importe quel prix. Malheureusement, ce dernier refusa. À chaque fois qu’ils eurent l’occasion de se croiser, Perry revenait à la charge, en insistant toujours plus mais Slash n’en démordit pas et ne voulait absolument rien savoir.

À la vue de cela, on peut se dire que c’était peine perdue et que Slash ne se montrait pas sous son aspect le plus sympathique. Pourtant ce qui ce qui se passa par la suite démontra tout le contraire :

En effet, onze ans plus tard, le 10 septembre 2000 lors de la fête organisée pour le cinquantième anniversaire de Joe Perry, Slash se pointa avec cette fameuse Les Paul et lui en fit cadeau. Une très belle histoire de 'retrouvailles' qui rappelle un peu celle de Peter Frampton et de sa Les Paul Custom. Un destin lié comme celui d’un cow-boy et de sa monture dont les routes ont fini par se recroiser.

Et aussi

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK