AC/DC : un mini-documentaire sur les débuts

Tom Compagnoni du Sydney Morning Herald a récemment réalisé et publié un court documentaire sur les origines du groupe à Sydney, en rencontrant quelques membres présents aux tout débuts, dont certains n’ont jamais raconté leur histoire devant des caméras.

Tous les participants confirment l’importance de Sydney dans le développement du groupe, malgré le fait qu’aucune statue, aucune rue ne porte le nom d’AC/DC comme c’est le cas dans d’autres villes australiennes.

Voici la liste des intervenants :

- Noel Taylor (le batteur d’AC/DC en 1974), interviewé pour la première fois en vidéo et qui évoque la première apparition d' Angus dans son costume d’écolier et le premier enregistrement connu d’un concert du groupe.

- Rob Bailey (bassiste d’AC/DC en 1974), également filmé pour la première fois, qui parle du premier vidéoclip "Can I Sit Next To You Girl" et des sessions d’enregistrement de l’album "High Voltage".

- Tony Currenti (batteur de session d’AC/DC en 1974) : 45 ans après avoir enregistré la partie à la batterie sur le premier album d’AC/DC, Tony travaille toujours dans sa pizzeria de Penshurst.

- Mark Evans (le bassiste d’AC/DC de 1975 à 1977), parle de la famille de Malcolm et d' Angus Young à Burwood et de l’enregistrement des premiers albums aux Albert Studios sur King Street à Sydney.

Le documentaire est à découvrir dans son intégralité ci-dessus.

L’année passée, le chanteur original d’AC/DC, Dave Evans, expliquait qu’il trouvait cela fantastique de faire partie du line up d’origine.

Dave Evans a enregistré le titre "Can I Sit Next To You Girl" avec le groupe. Mais en octobre 1974, moins d’un an avant le premier concert d’AC/DC, il a quitté la formation.

C’est lors d’une interview à Radio Zeta qu’il a expliqué se sentir "très bien à l’idée de faire partie de l’histoire du rock. Il y a eu beaucoup de membres au sein d’AC/DC — sans doute une vingtaine au total — mais il y a une particularité pour cinq d’entre eux, qui étaient là dès le début. Nous ne serons jamais plus que cinq dans ce club-là et je suis l’un d’entre eux. Ça, c’est fantastique."