A la rencontre de Claude Delacroix

claude delacroix
claude delacroix - © reporters

Ce dimanche 17 avril, Olivier Monssens reçoit Claude Delacroix.

Claude Delacroix est né un 17 avril à Bruxelles au milieu d'une famille nombreuse. Son père était avocat et sa mère s'occupait de la maisonnée. Il suit ses études secondaires à Tournai et sort diplômé Docteur en Droit de la faculté de Leuven. Membre d'un mouvement scout, il reçoit une guitare de ses parents à l'âge de 15 ans et se lance dans la musique. En arrivant à l’université, il débute dans un orchestre de la région de Charleroi: Les Fifrelins, durant près de trois ans, il anime toutes les soirées dansantes à Leuven. Il change ensuite de formation : The Rowdies (Les Chahuteurs) pour en devenir le chanteur. Début des années 60 il fut l'attaché de presse de Marc Aryan le chanteur franco-belge d'origine arménienne.

Figure emblématique de la RTBF, il entre dans la grande maison au début de l'année 1966 pour y entamer une longue et brillante carrière. Encore à l’université, comme job d’été, il classe d’abord des fiches, des disques et des dossiers au centre RTB Mons alors situé au Jardin du Mayeur. Michel Lemaire, animateur des "Moins de Vingt Ans", lui propose de débuter à la radio en tant que chroniqueur pour l’émission "Jeunesse 66" et "Jeunesse 67". Il est victime d'un terrible accident de voiture en 1966 en compagnie Jacques Mercier.

Il crée "Formule J" (1968), une émission au concept novateur s’inspirant du phénomène "Salut les copains" en France, qui - pour la première fois - s'adresse aux jeunes et leur présente les tubes du moment.  Il prend toutes les libertés possibles et enlève tout ce qui lui paraît poussiéreux, la programmation musicale devient beaucoup plus anglo-saxonne et plus rock and roll. Il devient journaliste en 1975.

En 1981, Claude Delacroix quitte le Centre RTBF de Mons pour Reyers. Il crée alors Bruxelles 21 la radio au format Music & News. C'est le 28 septembre de la même année qu'il y anime sa première émission. En 1983 Bruxelles 21 devient officiellement Radio 21 et couvre l'ensemble de la Communauté française.

En télé, il commente durant plusieurs années le grand concours Eurovision de la chanson et anime l'émission musicale "Formule 2". Il est aussi l'instigateur du projet Télé 21 (deuxième chaîne à part entière alliant l'événement en direct, principalement sportif, et la diffusion de films, de musique et de documentaires sociaux et culturels) qui voit le jour 21 mars 1988. Il lancera Maureen Dor, jeune visage candide de la chaîne pour présenter le hit-parade. Et cinq ans plus tard, à la même date, Télé 21 cède la place à Arte 21.

Un événement déterminant pour le reste de sa vie survient en 1987, lorsqu'il est soudainement paralysé des membres inférieurs suite a une myélite transverse. Hospitalisé a Erasme, puis traité au CTR Brugmann, il restera paralysé jusqu'en Mars 1988. Il est alors directeur des programmes de Radio 21.

Le 2 septembre 1991, il lance Bruxelles Capitale: la radio de la Région bruxelloise du service public, défini son concept et recrute son personnel, ce qui signe l'arrêt définitif du décrochage Bruxelles 21. La radio des Bruxellois, Bruxelles-Capitale fusionnera avec Fréquence-Wallonie en 2004 pour devenir Vivacité lors de la refonte de l'offre des radios de la RTBF.

En janvier 1994, il devient Directeur Radio-TV du Centre de Production de Bruxelles. Il quitte Radio 21 et est remplacé par Bernard Château. Ensuite, il est nommé Directeur Général des Radios de la RTBF le 18 mars 1997. Sollicité par le CA, Claude accepte de poser à nouveau sa candidature... et adresse une simple photocopie de son projet remis décembre 95. Sans changer ni une ligne, ni la date. A l'unanimité moins une voix (l'Ecolo Jean-Marc Nollet), le conseil d'administration approuve le projet qu'il avait rejeté quinze mois plus tôt. Delacroix terminera donc le mandat d'Etienne Sevrin qui courrait jusqu'en 2001.

Officiellement il termine sa carrière "rtbenne" en mai 2004 mais reste actif au sein de la grande maison en tant que pigiste. Sur La Première dans "Flash Back" en compagnie de Jacques Bauduin, un duo efficace et attachant, jusque fin 2009 et sur Classic 21 depuis janvier 2010, retour à ses premières amours musicales, il anime l'émission thématique sur les sixties tous les vendredis soir entre 19 et 21h avec l'une de ses premières et plus fidèles collaboratrices: Christine Goor.

Ses morceaux marquants

Oh Carol - Neil Sedaka 

Green lives of summer - The Brothers Four 

Caroline - The Fortunes 

Le petit bonheur - Felix Leclerc 

C'mon everybody - Eddie Cochran

Heartbreack hotel - Elvis Presley

Take me home country roads - Johnn Denver

Ce n'est rien - Julien Clerc

Daniel - Elton John

Si j’étais le fils d’un roi - Marc Aryan

Et aussi

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK