1981: Ladies Sing The Blues

legacy
3 images
legacy - © Tous droits réservés

BJ Scott, les débuts : Bruxelles, début des années 80, où elle rencontre Michel Gudanski, alias Pifou, ex-Red’n’Black. Le premier fait d’armes notable auquel participe JB est très collectif. L’inspirateur de la chose est Pifou, le chanteur de B.B.Funk, ex Red’n’Black, devenu complice proche de BJ.

“Ladies Sing the Blues” : solide gang de quatre chanteuses, deux "noires", deux "blanches". Au menu : blues, soul, rhythm & blues de toutes époques. A la barre : la new yorkaise Reggie (chanteuse du groupe Indeep, elle a aussi bossé avec Arno, voir par exemple la bande son du film "Skin" de Guido Hendrix) ; la londonienne Verona Davis (qui travaille avec Luc Van Acker), Dani Klein (alors chanteuse de Arbeid Adelt, puis de Steelover, un éphémère projet monté avec l’ex batteur des Scorpions, Rudi Lenners) et B.J. Scott, déjà choriste réputée et chanteuse d’Afro Disiak.

Coup d’envoi aux Halles de Schaerbeek début mai 86, rebelote le 31 décembre à l’Ancienne Belgique. Le principe : chacune chante un titre avec le soutien choral des trois autres, avant de clore la boucle avec une chanson interprétée collectivement. Les réactions sont enthousiastes - voir le témoignage de Bruno dans le courrier du magazine " Rock This Town ".

Le concept Ladies Sing The Blues sera réactivé de temps à autre jusqu’en 1990. Au niveau disque, une seule trace : le 45 tours " Everybody’s Got Soul ", enregistré en 88 à l’ICP. Les ladies sont alors en trio : BJ Scott, Verona Davis et Jilua Loko. Reggie et Dani Klein (absorbée par Vaya Con Dios) ne sont plus là.

Les Ladies sont soutenues par une belle brochette de musiciens, dont Bruno Deneuter à la basse et Jean-Pierre Froidebise à la guitare.

En fait, les Ladies n’avaient pas de plan de carrière. Juste l’idée de se rassembler de temps à autre pour le plaisir…

Beverly Jo Scott sortira son premier simple en 1991, une reprise du "C’est Extra" de Léo Ferré, prélude d’une belle carrière solo.

Née en Alabama, le Sud profond des USA, bercée par les sonorités du blues, du gospel, de la country et du rock, Beverly Jo Scott décide très jeune de sillonner l’Amérique.

Les chemins mouvementés de cette éternelle vagabonde la conduiront finalement à s’installer en Europe et en Belgique. Elle y joue tout d'abord dans la rue, dans les bars, puis dans les clubs et très vite, la sensualité et la sensibilité de sa voix en font l'une des " backing vocalists " les plus prisées du Vieux Continent, tout en commençant une carrière solo (cinq albums studio, trois " live ", un DVD) et de nombreux concerts.

S'enchaînent alors de multiples collaborations en duo ou vocaliste avec de nombreux artistes tels que Maurane, Paul Personne, Cabrel, Souchon, Lavilliers, Axel Bauer, Higelin, Zap Mama, Bertignac, Adamo, Toots Tielmans, Elliot Murphy, Niagara, Eddy Mitchell, Deep Forest, Chamfort, Sam Moore, Matmatah … et ARNO avec le celèbre duo : " Jean Baltazaarrr ".

B.B.Funk, qui allie esthétique plastique et humour potache, quatre 45 tours entre 83 et 85 : "Fume Fume", "Boum Boum", ''Nounours dans mes Bras" (reprise vitaminée du tube de Karin et Rebecca !) et "Touche pas à mon Pote" (au profit de SOS Racisme).

Mardi 10 mars : Métal à Gogo avec Manowar, Bruce Dickinson d'Iron Maiden et tant d'autres...

Et aussi

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK