1978 : Claude François s'électrocutait dans sa salle de bain

Embed from Getty Images

C'était le 11 mars 1978. Claude François mourait subitement à seulement 39 ans. L'histoire a traversé les époques : en voulant changer une ampoule alors qu'il était dans son bain, "Cloclo" s'électrocute et la chute lui est fatale. Quarante ans plus tard, ses plus célèbres chansons résonnent encore dans toutes les têtes et sont sans cesse réactualiser au gout du jour. Pour commémorer sa disparition, les inconditionnels se souviennent.

Ce jour-là, les milliers de fans du chanteur de "Magnolia For Ever" prenaient un grand coup sur la tête. Alors qu'il était au top de sa forme, Claude François décède tragiquement dans son appartement parisien.

Claude François, l'immortel

Claude François, né en 1939 en Egypte, n'est plus un chanteur que l'on présente. Près de 500 titres (pour enfants et pour adultes), des Claudettes, des chorégraphies devenues mythiques, etc. Aussi critiqué qu'admiré, le "chanteur malheureux" est de beaucoup de polémiques. A tel point que, 40 ans plus tard, les révélations sur sa vie tourmentée n'en finissent toujours pas.

Samedi après-midi, 400 personnes, dont des anciennes Claudettes et des membres de sa famille, d'anciens collaborateurs, et même sa parolière historique Vline Buggy ("Belles, belles, belles", "Si j'avais un marteau"...), ont assisté à l'office religieux organisé par le fan-club de l'artiste en l'église d'Auteuil, où s'étaient déroulées les obsèques de Claude François. Son fils, Claude François Junior, y a lu un discours dans lequel il a tenu a souligner l'importance des artistes dans la société.  

"Cette postérité 40 ans après me surprend. Claude François a pris une place dans le coeur des fans. C'est très touchant. La force du répertoire fait que toutes les générations sont concernées", a confié Claude Francois Jr à la fin de la messe. "Ce n'est pas un prix Nobel, mais quelqu'un qui a fait du bien à des gens. Ça en dit long sur la fonction d'artiste de divertissement dans cette société", a-t-il ajouté, devant la presse.

Pour l'auteur-compositeur et chanteur Didier Barbelivien qui a assisté aussi à la messe, "cette postérité est méritée. Claude François avait une avance sur son temps. "Il a été moderne avant les modernes. 80% de sa discographie a encore un son actuel", a dit à l'AFP M. Barbelivien.

À l'issue de la cérémonie, une partie de l'assistance  a repris en chœur "Un Jardin dans mon cœur" (1971), une des 360 chansons de Claude François enregistrées pendant les seize ans de sa carrière fulgurante, de 1962 à 1978. L'assistance a ensuite longuement applaudi dans l'église la mémoire du chanteur, selon une tradition réservée aux artistes.

Les fans se sont donné rendez-vous dimanche, jour anniversaire du décès de Claude François, sur sa tombe au cimetière de Dannemois, près de paris.

Les mots "Claude François est mort", ça n'avait pas de sens explique Alain Ledent, un grand collectionneur liégeois de Cloclo. Quand vous avez 22-23 ans et que vous êtes fan d'un chanteur, vous ne comprenez pas comment c'est possible. Votre grand-mère peut logiquement mourir, oui, mais pas Claude François."Toujours avec une pointe d'émotion, Alain Ledent se souvient de la difficulté pour son cerveau d'enregistrer la tragique information. Quoiqu'il en soit, rien n'empêche les fervents admirateurs d'un des chanteurs les plus mythiques de l'Histoire, de continuer à se rassembler à chaque anniversaire pour célébrer leur idole éternelle. "J'ai basculé dans autre chose, j'ai appris à vivre sans Claude François. Mais, au final, il fait toujours partie de ma vie", conclut le collectionneur. 

Et aussi

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK