Retour sur Back to Black d’Amy Winehouse

À l’occasion des 10 ans de la disparition d’Amy Winehouse, nous vous proposons de revenir sur la genèse de son second album "Back to Black" sorti en 2006.

 

Sorti le 27 octobre 2006, "Back to Black" est le second et dernier album studio sorti du vivant de la chanteuse et musicienne britannique.

Après un premier album baptisé "Frank" en 2004 (en référence notamment à Frank Sinatra dont elle était une grande fan) et plutôt branché jazz, Winehouse propose avec "Back to Black" un son beaucoup plus R&B inspiré notamment par les groupes féminins des années 50 et 60 (The Supremes, The Ronettes, The Shangri-Las…) et produit avec élégance et modernité par Mark Ronson avec lequel elle travaillera étroitement durant l’enregistrement de l’album.

Pour réaliser ce changement de direction, Winehouse embarque aussi dans l’aventure le "backing-band" de Sharon Jones, les Dap Kings, des musiciens chevronnés à qui elle va laisser beaucoup de liberté durant l’enregistrement. Interrogé sur la BBC à la suite de la disparition de la musicienne en 2011, le saxophoniste Neal Sugarman se souviendra : " C’était une musicienne géniale et très ouverte. Elle était très impliquée dans la collaboration avec le groupe et n’était jamais braquée sur quoi que ce soit. Tout ce qu’elle souhaitait c’était regrouper les impressions de chacun à propos d’où la musique devait aller et elle voulait que chacun apporte sa propre touche de créativité dans le processus […] Durant la tournée qui a accompagné Back to Black, elle nous proposait d’excellent mix perso avant qu’on ne monte sur scène. Dans ceux-ci on retrouvait les Supremes et des groupes de doo-wop féminin et ce genre de choses. Ce n’est pas comme si elle avait eu sa propre loge, on était toujours tous ensemble à se préparer avant un show ".

 

Le producteur Mark Ronson sera aussi impressionné par le personnage d’Amy Winehouse, une jeune fille simple, franche, sensible et très talentueuse. Il se souviendra lors d’une interview accordée au magazine Mojo en 2010 : "Je n’oublierai jamais le jour de ma rencontre avec Amy puisqu’elle a changé ma vie. C’était à New York en mars 2006, dans un studio que je possédais alors sur Mercer Street. Elle m’a dit qu’elle s’attendait à rencontrer un vieux gars avec une barbe, un peu dans le genre de Rick Rubin. Je me suis dit, bon, parlons de musique, voyons ce qu’elle aime. Elle m’a répondu qu’elle aimait aller dans des bars et des clubs et jouer au Snooker avec son petit ami en écoutant les Shangri-Las. Ensuite, elle m’a fait écouter quelques albums, et tout cela s’est transformé en une grande écoute centrée uniquement sur des groupes féminins légendaires. Je n’avais pas de matériel avec moi ni d’instruments, donc je n’ai rien pu lui proposer tout de suite, mais je lui ai dit que j’allais y travailler la soirée et revenir le lendemain. Le soir j’ai composé un petit riff de piano, qui allait devenir ensuite la base de ‘Back to Black’. A ce piano, j’ai juste ajouté un son de grosse caisse, un peu de tambourin et des tonnes de ‘reverb’. Le lendemain, je lui ai fait écouter, elle a adoré et s’est mise à bosser. On a continué comme ça pendant deux semaines et on a écrit ensemble 5/6 titres"

Durant ces premières semaines de création, Mark Ronson précisera qu’un des titres qui les influencera le plus est "Remember" des Shangri-Las (1965).

En studio, l’ambiance sera excellente. Ronson et Winehouse ont réussi à écrire ensemble de très belles choses et l’ensemble est porté en musique par les Dap Kings, très inspirés et libres de faire évoluer les compositions. Le succès de l’album est aussi dû à ce son qui fait référence aux "girls group" du passé tout en restant extrêmement moderne. Le travail de Ronson mélange ainsi technologie du passé et du présent. Les titres sont enregistrés sur des bandes, en analogiques, mais le producteur utilisera aussi des technologies beaucoup plus modernes, comme Pro-Tools par exemple.

Même si l’équipe s’entend très bien et que l’atmosphère générale est bonne, les thèmes de l’album n’en sont pour autant moins sombres. Pour son jeune âge – elle a alors 22/23 ans – Amy Winehouse semble déjà porter un lourd fardeau et on est étonné des thématiques très "matures" de l’album, on ressent le discours de quelqu’un de fragile, d’usé et de marqué par la vie, principalement par sa relation destructrice avec son petit ami de l’époque et futur mari Blake Fielder-Civil.

A propos de la plage titre de l’album, elle expliquera en 2006 :"Back to Black, ça parle de comment on se sent après une rupture, vous voyez ? Et ça parle du fait, qu’ensuite, on retourne à ses vieilles habitudes… Mon ex s’est remis avec son ancienne petite amie et moi, je me suis remise à boire et à sombrer…"

Un an plus tard, elle confiera au Rolling Stone Magazine : "Tous les titres de l’album évoquent l’état de ma relation avec mon petit ami Blake à l’époque. Je n’avais jamais ressenti quelque chose d’aussi fort avec quelqu’un. Ça a été très cathartique, parce que je me sentais très mal à propos de la façon dont nous nous traitions l’un l’autre. Aujourd’hui il en rit. Il me dit : ‘Que croyais-tu ? Que nous ne reverrions jamais ? Mais non… on s’aime. On s’est toujours aimé". Mais moi je ne trouve pas ça drôle, à l’époque je voulais mourir".

 

A sa sortie, l’album "Back to Black" est un triomphe. Il entre d’emblée à la 7e place du Billboard Hot 100, une première pour une artiste féminine. L’album reçoit également de nombreuses récompenses et en 2007 il devient l’album musical best-seller mondial de l’année en s’écoulant à plus de 5,5 millions de copies.

On estime aujourd’hui le nombre d’exemplaires écoulés à plus de 12 millions.

"Back to Black" est le dernier album studio sorti du vivant d’Amy Winehouse. La musicienne nous quittera le 23 juillet 2011 à l’âge de 27 ans des suites d’une overdose d’alcool.

 

 

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK