CVQLD - Vos commentaires sur Facebook : C'est vous qui le dites sur Auvio

tous les sites
Vos commentaires sur Facebook

Vivacité - Info

Vos commentaires sur Facebook

C'est vous qui le dites

  • 5 min

Le collectif derrière La Boum 2 veut maintenir l’événement de ce samedi au Bois de La Cambre, tout en évitant les violences. Sudpresse dévoile ce matin que des consignes circulent sur les réseaux de messageries : il faut privilégier les ballons d’eau, de la poudre à colorer, des coussins, des frites de piscine au lieu des bouteilles en verre qui avaient été utilisées comme projectiles contre la police le 1er avril. Hier, la police a entendu un des organisateurs qui maintient que la seule solution est d’autoriser et d’encadrer l’événement. Les autorités annoncent que des stewards seront là pour dissuader les participants et que si le message n’est pas entendu, les forces de l’ordre interviendront. Que faire pour éviter les scènes du 1er avril ?

En 3 ans, les cas de burn-out ont explosé en Belgique. Les troubles mentaux comme la dépression, le stress, le burn-out, sont devenus la première raison d’invalidité dans le pays, c’est à lire dans le journal Le Soir. Fin 2017, 4163 travailleurs étaient absents pour burn-out, en juin 2020 on en comptait 10 597, une augmentation de 155%. Ce n’est plus possible de tenir le coup au boulot ?

Dans le camp syrien d’Al-Hol, au moins 11 mineurs européens sont déjà morts, dont plusieurs Belges. Hier, le JT de 19h30 vous proposait de découvrir la situation sur place. Début mars, la Belgique a marqué son intention de rapatrier les enfants mais depuis rien n’a été fait, Medhi Khelfat, responsable éditorial Monde à la RTBF, expliquait hier soir la difficulté aujourd’hui de retrouver les enfants concernés en raison des mouvements réguliers sur place. Maintenant que vous avez vu la réalité sur place, quel est votre regard sur l’avenir de ces enfants ?

Détail