CVQLD - Vos commentaires sur Facebook : C'est vous qui le dites sur Auvio

tous les sites
Vos commentaires sur Facebook

Vivacité - Info

Vos commentaires sur Facebook

C'est vous qui le dites

  • 5 min

Des militants antispécistes ont exfiltré des lapins d’un élevage où ils étaient destinés à la consommation. C’est un vol ou un sauvetage ?
Depuis ce matin, vous en entendez parler sur VivaCité. En pleine nuit, des activistes cagoulés se sont introduits dans un élevage de lapins, munis de cartons pour exfiltrer les animaux - qui étaient destinés à la consommation - pour les placer dans des familles d’accueil. L’éleveur a porté plainte, la Fédération Avicole et Cunicole se dit choquée et précise que c’est la 5è opération de ce type depuis le début de l’année. Exfiltrer des lapins d’un élevage, c’est un vol ou un sauvetage ?

Une juge de police à Alost estime que l’influence de deux verres d’alcool est presque négligeable, que vous pouvez toujours conduire une voiture et qu’il n’y a donc aucune raison d’abaisser le taux maximal autorisé. Deux verres, ça n’a vraiment absolument aucun impact sur la conduite ?
Au moment où la tolérance zéro en ce qui concerne l’alcool au volant revient régulièrement sur la table, une juge de police d’Alost s’exprime sur le sujet dans le magazine flamand Knack à deux semaines de sa pension. Elle estime que le flamand est un bon vivant, que pour certains cela inclut un verre de bière ou de vin à table et que l’influence de deux verres pendant un vrai repas est presque négligeable, la conduite d’une voiture est donc possible sans causer d’accident. Alors que des experts parlent d’un risque deux fois et demi plus élevé d’avoir un accident avec la tolérance actuelle. Deux verres, ça n’a vraiment absolument aucun impact sur la conduite ?

Une association dénonce les violences gynécologiques subies par de nombreuses femmes, qu’elles soient verbales ou physiques. Gynécologue, c’est une profession qui ne respecte pas les patientes ?
Après la chirurgie orthopédique, ce sont les actes gynécologiques qui représentent le plus de plaintes médicales. Ce matin, dans La DH, une femme témoigne du manque de communication qu’elle a connu avec son gynécologue qui lui disait de s’installer, d’écarter les jambes et qu’il lui expliquerait après ce qu’il allait faire. Dans d’autres cas, il s’agit de commentaires sur le nombre d’enfants qu’une femme devrait avoir ou des soins pratiqués sans anesthésie. Une ASBL veut mettre fin à ces situations et lance une campagne ce jeudi pour libérer la parole. Gynécologue, c’est une profession qui ne respecte pas les patientes ?

Détail

Extraits

Chargement ...
Liens promotionnels