CVQLD - Vos commentaires sur Facebook : C'est vous qui le dites sur Auvio

tous les sites
Vos commentaires sur Facebook

Vivacité - Info

Vos commentaires sur Facebook

C'est vous qui le dites

  • 5 min

Le débat sur le délai légal de l’avortement revient à la Chambre aujourd’hui. Il pourrait passer de 12 à 18 semaines. Le délai actuel est trop court ?
Actuellement, en Belgique, une femme peut avorter jusqu’à 12 semaines de grossesse. Plusieurs partis politiques ont introduit des propositions de loi pour allonger ce délai qui, actuellement, pousse certaines femmes à se rendre par exemple aux Pays-Bas, où l’avortement est autorisé jusqu’à 22 semaines de grossesse. Si le débat revient à la Chambre ce mercredi, rien ne garantit qu’il soit tranché ; le CD&V faisant de la résistance tout comme 750 médecins et soignants qui ont publié une carte blanche contre ce changement de loi. Le délai actuel pour avorter en Belgique est-il trop court ?

Hier, Lahcen a été poursuivi, agressé verbalement et menacé physiquement par un automobiliste parce qu’il respectait la limitation de vitesse dans une zone 30. Il parle de problème avec ces zones qui provoquent l’énervement. C’est difficile de rester calme à 30 km/h ?
Ce matin, dans La DH, Lahcen raconte ce qu’il a vécu au volant de sa voiture hier à Schaerbeek, en région bruxelloise. La majeure partie de la ville est limitée à 30 km/h, ce que Lahcen respecte lorsqu’il est au volant. Mais hier, un autre conducteur qui le suivait a commencé à coller sa voiture, klaxonner avec insistance avant de l’insulter puis même de sortir muni d’une batte de baseball pour le menacer simplement parce qu’il roulait à 30 km/h. Même s’il respecte la limitation de vitesse, il parle de problème avec les zones 30 qui provoquent l’énervement des conducteurs. Est-ce difficile de rester calme à 30 km/h ?

De plus en plus de clients qui réservent au resto ne s’y rendent pas sans prévenir. Un restaurateur propose de partager le numéro de téléphone de ces gens entre professionnels pour les bannir. C’est la solution pour éviter les « no show » ?
C’est une pratique qui coûte des milliers d’euros par an aux restaurateurs : le no show. Ce sont ces clients qui réservent une table mais qui ne se présentent pas, sans avoir prévenu et généralement, sans répondre quand le restaurant appelle pour prendre des nouvelles. Face à cette situation qui coûte de l’argent en personnel et en produits, un restaurateur namurois a installé une centrale téléphonique qui lui permet de filtrer les numéros de téléphone et bannir ceux des clients qui ne sont pas venus. Il veut également partager ces numéros de téléphone avec d’autres restaurateurs pour les prévenir du manque de fiabilité de ces personnes. Est-ce la solution pour éviter les « no show » ?

Détail

Liens promotionnels