CVQLD - Vos commentaires sur Facebook : C'est vous qui le dites sur Auvio

tous les sites
Vos commentaires sur Facebook

Vivacité - Info

Vos commentaires sur Facebook

C'est vous qui le dites

  • 5 min

Plusieurs écoles l’ont déjà fait, d’autres y pensent : la suppression des examens de Noël pour donner plus de temps à l’apprentissage. Les examens de Noël, c’est l’épreuve de trop pour les élèves ?
Peu de temps après le bulletin de novembre arrive la session d’examens de Noël pour les élèves du secondaire. Ce temps est jugé trop court par certains, ce qui a amené plusieurs écoles à supprimer cette session pour donner plus de temps à l’apprentissage. Ce matin, dans les éditions de Sudpresse, on peut lire que plusieurs établissements ont entamé des discussions à ce sujet. C’est une période où les enfants sont fatigués, ça n’apporterait rien de les évaluer à ce moment-là et risquerait de décourager un élève en difficulté. Les examens de Noël, c’est l’épreuve de trop pour les élèves ?

Jet d’objets, fumigènes, propos racistes, … Il n’y a jamais eu autant d’infractions à la loi football dans les stades que sur le premier trimestre 2019. Que se passe-t-il chez les supporters de foot ?
La police fédérale vient de publier un rapport dont on retrouve les chiffres ce matin dans les journaux du groupe Sudpresse. Les faits en contravention avec la loi football ont été répertoriés pour les trois premiers mois de l’année et le constat est sans appel : c’est un record. Sur le premier trimestre, il y a eu plus de problèmes de racisme, de pénétration sur le terrain, de lancer d’objets ou de fumigènes que sur toute l’année 2018. Les sanctions pour de tels actes vont de l’amende administrative à l’interdiction de stade qui concerne 1033 personnes cette année contre 821 l’an dernier. Que se passe-t-il chez les supporters de foot ?

À Lasne, un agriculteur a reçu une plainte d’un voisin parce que son tracteur fait du bruit le dimanche. Un agriculteur qui travaille le dimanche, c’est pénible ?
Comme le raconte le site info de la RTBF, tout a commencé par un appel sur le GSM de Georges. Un voisin de son champ n’apprécie pas de subir le bruit de son travail le dimanche. Comme rien ne change après le coup de téléphone, le voisin décide de lui envoyer un e-mail en précisant qu’il comprend bien que la loi n’empêche pas l’agriculteur de travailler un dimanche mais qu’il pourrait quand même faire un effort. Pour lui répondre, il a décidé de placer des panneaux dans le village expliquant ce qu’est la campagne. Un agriculteur qui travaille le dimanche, c’est pénible ?

Détail

Liens promotionnels