CVQLD - Vos commentaires sur Facebook : C'est vous qui le dites sur Auvio

tous les sites
Vos commentaires sur Facebook

Vos commentaires sur Facebook

C'est vous qui le dites

  • 5 min

Pour des raisons de sécurité, les tracteurs allaient être interdits sur la N25. Finalement, ils pourront y circuler pour des raisons de sécurité dans les villages. Un tracteur, c’est plus dangereux dans un village ou sur une route à 120 km/h ?
Carlo Di Antonio, ex-ministre wallon de la Mobilité, avait pris la décision d’interdire la circulation des tracteurs sur la N25 entre Louvain-la-Neuve et Nivelles pour des raisons de sécurité puisque les tracteurs roulent au ralenti sur cet axe et que les voitures peuvent rouler jusqu’à 120 km/h. Valérie De Bue, nouvelle ministre de la Mobilité, vient de casser cette décision. Dans les éditions de Sudpresse, on apprend que la circulation des tracteurs puissants dans les villages pour éviter la nationale représente un risque sur des routes non adaptées. Un tracteur, c’est plus dangereux dans un village ou sur une route à 120 km/h ?

Les professeurs n’ont plus le droit de faire remplir une fiche de renseignements à leurs élèves. Certains étudiants étaient mal à l’aise et c’est contraire à la règlementation sur la protection des données. Une fiche de renseignements en classe, c’est trop indiscret ?
Dans La Libre Belgique de ce matin, on découvre que la ministre de l’Enseignement, Caroline Désir, va envoyer une circulaire aux écoles pour rappeler que les fiches de renseignements doivent disparaître. Cette fiche, c’est un questionnaire que de nombreux professeurs font remplir à leurs étudiants pour connaître les prénoms et professions des parents, savoir s’il y a des conflits familiaux ou découvrir les passions des élèves. La règlementation sur la protection des données interdit ce genre de collecte de renseignements. En plus de cela, certains élèves sont mal à l’aise au moment de fournir les informations. Une fiche de renseignements en classe, c’est trop indiscret ?

Insatisfaite du rapport de la cellule bien-être animal sur les conditions de vie des tigres du parc animalier de Bouillon, l’association Wolf Eyes est retournée sur place pour filmer les tigres et diffuser les images. La cellule bien-être animal n’est pas suffisante ? Les animaux ont besoin d’une telle association ?
Jean-Michel Stasse, président de l’association Wolf Eyes, est connu pour régulièrement s’en prendre aux parcs animaliers. Après le Monde Sauvage d’Aywaille et Pairi Daiza, sa nouvelle cible est le parc animalier de Bouillon où se trouvent deux tigres qui selon lui, ne vivent pas dans des conditions correctes. Il a alors alerté la cellule bien être animal qui, dans son rapport, explique qu’aucun problème grave n’a été constaté au sein du parc. Ce matin dans La Meuse, on lit que ces conclusions ne satisfont par Jean-Michel Stasse qui s’est à nouveau rendu dans le parc pour filmer les tigres et diffuser les images sur les réseaux sociaux. Le parc annonce faire appel à un avocat pour ne pas le laisser salir sa réputation. La cellule bien-être animal n’est pas suffisante ? Les animaux ont besoin d’une telle association ?

Détail

CVQLD - Vos commentaires sur Facebook

Extraits

Chargement ...
Liens promotionnels