CVQLD - Vos commentaires sur Facebook : C'est vous qui le dites sur Auvio

tous les sites
Vos commentaires sur Facebook

Vos commentaires sur Facebook

C'est vous qui le dites

  • 5 min

Le groupe qui travaille sur les nouveaux référentiels du cours d’Evras voudrait que les différentes orientations sexuelles soient évoquées en classe dès la 5è primaire. C’est le bon moment ?
Afin de mettre en place le nouveau tronc commun jusqu’à la 3è secondaire, les référentiels sont en train d’être retravaillés. Aujourd’hui, Sudpresse évoque celui concernant le cours d’Evras, l’Éducation à la vie relationnelle, affective et sexuelle. Il est actuellement prévu que les questions d’orientation sexuelle soient abordées en fin de tronc commun. Mais des associations demandent que ce thème soit abordé dès la 5è ou 6è primaire. De son côté, la nouvelle ministre de l’Enseignement, Caroline Désir, se dit favorable à l’idée dans les colonnes du journal. Parler d’hétérosexualité et d’homosexualité en 5è primaire, c’est le bon moment ?

De plus en plus de clients quittent les restaurants sans payer. Que doivent faire les restaurateurs pour que vous payiez l’addition ?
Un restaurateur de Mons lance un coup de gueule ce matin dans La Province : malgré la présence de 14 caméras dans son établissement, il fait face à de plus en plus de grivèlerie, des clients qui s’en vont sans payer. Un propriétaire explique la technique souvent utilisée qui consiste à aller fumer plusieurs fois pendant le repas avant de finalement s’en aller pour de bon. Face à ce phénomène, un restaurant buffet a décidé d’imposer le paiement avant même le repas. Que doivent faire les restaurateurs pour que vous payiez l’addition ?

Un gardien demande une alternative à la prison pour les femmes tant il est pénible de voir une femme perdre toute dignité. Pour les femmes, faut-il une autre sanction que la prison ?
C’est dans La DH qu’un gardien de prison, qui travaille dans une aile féminine, livre son témoignage ce matin. Il estime que la peine de prison ne devrait servir qu’à empêcher de nuire les grandes criminelles mais que dans d’autres cas, il faudrait une alternative plus intelligente tellement il est difficile de voir souffrir une femme, de la voir perdre toute dignité en prison. Il explique que dans le cas de droguées, elles sont prêtes à tout pour obtenir une dose et que dans une telle situation, la prison n’est pas la solution. Pour les femmes, faut-il une autre sanction que la prison ?

Détail

CVQLD - Vos commentaires sur Facebook

Extraits

Chargement ...
Liens promotionnels