CVQLD - Vos commentaires sur Facebook : C'est vous qui le dites sur Auvio

tous les sites
Vos commentaires sur Facebook

Vos commentaires sur Facebook

C'est vous qui le dites

  • 5 min

Un homme qui frappe une femme parce qu’elle ne ramène pas un vrai Bicky Burger : c’est la dernière pub de la marque qui fait polémique. Cette pub, c’est un bon coup ?
L’image utilisée par la marque Bicky Burger est un détournement d’un dessin souvent utilisé où l’on voit Batman gifler son acolyte Robin. Hier, la marque a publié sur les réseaux sociaux ce dessin où l’on voit un homme donner un coup de poing à une femme parce qu’elle lui apporte un faux Bicky Burger. La publication est accompagnée d’un message demandant quelle friterie mérite une grosse punition. Depuis, le visuel a été effacé. Cette pub, c’est un bon coup ?

Un bébé s’est endormi sur le carrelage de sa crèche et a été photographié par la directrice, la maman de l’enfant est choquée. Un enfant qui s’endort à même le sol dans une crèche, c’est grave ?
C’est dans une crèche de Rhode-Saint-Genèse que cette photo a été prise. Lors de son premier jour dans l’établissement, un bébé de huit mois s’endort à quatre pattes, le front appuyé sur le carrelage. Dans La Capitale de ce matin, la directrice dit trouver cette situation mignonne alors elle prend une photo et l’envoie à la mère de l’enfant. La maman, elle, se dit choquée et donne une autre version : l’enfant serait resté 45 minutes dans cette position. Elle a retiré son enfant de la crèche et alerté Kind & Gezin dont dépend l’établissement. Un enfant qui s’endort à même le sol dans une crèche, c’est intolérable ?

Au Lycée de Namur, une institutrice donne à ses élèves cinq tickets par mois leur permettant de se rendre aux toilettes pendant les cours. Il faut limiter les passages au petit coin pendant les cours ?
La maman d’une jeune fille de 9 ans annonce dans La DH de ce matin qu’elle vient de changer sa fille d’école en raison du système qui a été mis en place par son institutrice. Parce qu’il y a des abus, une institutrice du Lycée de Namur distribue chaque mois cinq tickets à ses élèves pour qu’ils puissent se rendre aux toilettes pendant les cours. Ce dispositif a stressé la jeune élève qui ne se rendait pas aux toilettes par peur de dépasser le quota et s’est retrouvée avec les intestins bouchés. La directrice de l’école, qui défend le principe, explique qu’elle ne sait pas combien de professeurs appliquent ce système mais précise que si ça presse vraiment, un élève ne sera pas empêché de quitter la classe. Il faut limiter les passages au petit coin pendant les cours ?

Détail

CVQLD - Vos commentaires sur Facebook

Extraits

Chargement ...
Liens promotionnels