CVQLD - Vos commentaires sur Facebook : C'est vous qui le dites sur Auvio

tous les sites
Vos commentaires sur Facebook

Vos commentaires sur Facebook

C'est vous qui le dites

  • 5 min

L’initiatrice du mouvement #BalanceTonPorc a été condamnée pour diffamation, elle dénonce une justice bâillon. Après ça, vous oserez encore balancer ?
En 2017, Sandra Muller raconte dans un tweet la situation qu’elle a vécue lors d’une soirée à Cannes cinq ans plus tôt. Elle raconte alors la façon dont l’homme l’a abordée et invite les femmes à en faire de même avec ce message : « Toi aussi raconte en donnant le nom et les détails un harcèlement sexuel que tu as connu dans ton boulot. #BalanceTonPorc ». Hier, la justice a estimé qu’il ne s’agissait pas de harcèlement, que c’était de la diffamation, elle doit donc verser 15.000€ de dommages et intérêts à l’homme qui était visé par son message. Après ça, vous oserez encore balancer ?

Pour la première fois, Mattel vient de lancer des poupées ni fille, ni garçon, elles sont non genrées. Les enfants ont besoin de telles poupées ?
60 ans après avoir lancé la poupée Barbie, Mattel vient de dévoiler une nouvelle gamme qui ne représente ni une fille, ni un garçon, ce sont des poupées non genrées à destination de tous les enfants, filles, garçons ainsi qu’à ceux qui se définissent transgenre. L’enfant choisit de mettre des cheveux courts ou longs sur la poupée et l’habille avec les vêtements qu’il souhaite. Le Président de l’entreprise explique que la marque ne fait pas de politique, que leur rôle est de stimuler l’imagination. Les enfants ont besoin de telles poupées ?

Pour ne pas avoir agi alors que ses enfants étaient battus par leur père, une Louviéroise est poursuivie pour non-assistance à personne en danger. Ne rien dire, c’est compréhensible ?
Une mère de famille originaire de La Louvière se retrouve au tribunal correctionnel d’Arlon. Ce qui lui est reproché, c’est de ne pas avoir réagi face à la violence de leur père, elle est poursuivie pour non-assistance à personne en danger. Face au juge, elle a expliqué avoir été régulièrement menacée, rabaissée par son mari et même frappée à coups de bâton. Dans La Meuse, on peut lire qu’elle a ajouté ne pas avoir parlé parce qu’elle avait trop peur. Ne rien dire, c’est compréhensible ?

Détail

CVQLD - Vos commentaires sur Facebook

Extraits

Chargement ...
Liens promotionnels