CVQLD - Vos commentaires sur Facebook : C'est vous qui le dites sur Auvio

tous les sites
Vos commentaires sur Facebook

Vos commentaires sur Facebook

C'est vous qui le dites

  • 5 min

À Namur, les prostituées en vitrine ne pourront plus montrer leur corps de 7h à 22h, seul leur visage et leurs épaules pourront être visibles depuis la rue. Les travailleuses du sexe, il faut les cacher ?
Le nouveau point du règlement de la Ville de Namur entrera prochainement en vigueur à la suite de plaintes d’habitants des communes de Lives-sur-Meuse et de Brumagne qui demandaient la fermeture des établissements en raison des problèmes de tapage, de vulgarité et de sécurité routière… La fermeture ne pouvant être exigée par la Ville, finalement les prostituées devront obligatoirement cacher leur corps et ne laisser apparaître que leur visage et leurs épaules de 7h à 22h. Les travailleuses du sexe, il faut les cacher ?

Le journal Spirou invite les élèves à épingler le professeur qui est une peau de vache avec eux. Des parents dénoncent un manque de respect, le journal parle d’une blague. C’est juste de l’humour ?
Le journal L’Avenir relaie ce matin la plainte de parents qui ne comprennent pas l’initiative du journal Spirou. Dans le dernier numéro, déjà distribué aux abonnés et disponible aujourd’hui en librairie, les lecteurs retrouvent une page à détacher sur laquelle ils sont invités à écrire le nom du prof qui est une peau de vache et ensuite, à la coller dans leur journal de classe, au tableau ou sur la porte des cabinets. Les éditions Dupuis parlent d’humour, que c’est dans l’esprit potache de Spirou alors que des parents estiment, eux, qu’il s’agit d’un manque de respect envers les enseignants et que ça s’apparente à du harcèlement. Épingler un prof peau de vache, c’est juste de l’humour ?

Une école flamande a été obligée par le tribunal d’autoriser le port du voile dans son établissement. Après cette décision, l’interdiction générale du voile à l’école a-t-elle encore un sens ?
Une élève de 17 ans avait introduit une plainte contre son école qui lui interdisait le port du voile. Le tribunal de Louvain a tranché : l’établissement ne peut plus interdire le port de signe conventionnel sous peine de se voir infliger une astreinte de 300€ par infraction. Le tribunal justifie sa décision en estimant que l’interdiction peut se justifier pour réconcilier des communautés religieuses ou gérer des conflits mais que dans le contexte belge actuel, il n’est pas question d’une situation problématique avec des tensions religieuses. Après cette décision, l’interdiction générale du voile à l’école a-t-elle encore un sens ?

Détail

CVQLD - Vos commentaires sur Facebook

Extraits

Liens promotionnels