Arts de la Scène : Seule en scène de Léa Drouet sur Auvio

tous les sites
Violences
Arts de la Scène

Spectacles

Violences

Seule en scène de Léa Drouet

  • 52 min

" On n'a jamais vu tant de violence ". Cela semble être le constat de notre temps sur lequel tout le monde ne pourrait que s'accorder. Mais de quel " voir " s'agit-il et, précisément, quel " monde " s'y trouve relié ? Quand les images dominantes des violences mettent toujours en scène des Uns et des autres déjà pré-identifiés, assignés à des places dont ils ne peuvent plus bouger, est-on véritablement en train de voir ensemble un événement ou, à l'inverse, est-on condamné à ne plus rien voir d'autre que ce que le pouvoir entend nous donner en spectacle ? Plutôt qu'à la recherche de la " juste représentation " de la violence, Léa Drouet entend nous mettre au travail de nos modes de vision afin de voir autrement, dans l'altération des représentations. Voir autrement d'abord pour pouvoir percevoir d'autres résolutions, d'autres compositions qui, sous les blocs des oppositions, dessinent parfois des terrains d'articulations nouvelles entre des singularités que tout semblait " à première vue " opposer. Inspirée par un ensemble de mouvements sociaux (émeutes de 2005, lutte du Comité Adama, Gilets jaunes, combat de libération du peuple Kurde tel qu'il se mène dans le Rojava...), l'artiste, en collaboration avec la philosophe et dramaturge Camille Louis, tente d'armer un regard pour se mettre à la trace de ce qui s'écrit sous les imageries de violence, trace des lignes de fuite, dessine des alliances improbables. Le long de cette enquête sensible c'est tout autant le revers des représentations de violence qui se trouve visité - quel geste se tient sous le choix d'un cadrage, d'une découpe, d'une fabrique de hors champ, d'un séquençage temporel...?- que leur envers sensible et subjectif, là où le théâtre politique se révèle d'abord théâtre intérieur, intime. " La violence des uns contre les autres est partout. Mais les violences que nous subissons et refoulons, ou celles que nous désirons et rejetons, ne trouvent aucun lieu, aucune scène ", analyse Léa Drouet. C'est donc à la recherche de ces scènes qu'elle se lance, nous les donnant à voir par la mise en jeu de son propre corps dans un espace qui se déconstruit et se transforme, passe de la ville structurée et verticale à l'horizontalité des tracés qui sillonnent un bac à sable... Fuyant la dramatique de la dénonciation, "Violences" s'invente une dramaturgie de la friction telle qu'elle peut changer les rapports entre " voir " et " agir ", entre témoin passif et regardant engagé, entre sujet manipulé et actrice d'un changement qui ouvre des horizons.

Détail

Théâtre Jeune Public

Spectacles exclusifs

Chargement ...