Un Jour dans l'Histoire : Liège et la saisie de ses œuvres d'art sous la révolution française : une histoire de coopération ? sur Auvio

tous les sites
Un Jour dans l'Histoire

Un Jour dans l'Histoire

Séquences 0 / 3

La Première - Histoire

Un Jour dans l'Histoire

Liège et la saisie de ses œuvres d'art sous la révolution française : une histoire de coopération ?

  • 1 h 30 min

13 h20 : Liège et la saisie de ses œuvres d'art sous la révolution française : une histoire de coopération ?

Nous sommes le 23 octobre 1794, à Paris, devant le Comité de Salut public, premier organe du gouvernement révolutionnaire mis en place par la Convention pour faire face aux dangers qui menacent la toute jeune République française.
Dans un compte-rendu libéllé devant le Comité, les commissaires chargés de « récolter », plus exactement de saisir, les biens patrimoniaux de la feue principauté épiscopale de Liège, écrivent :
« Le résultat de nos recherches, relativement aux objets d'art à Liège et dans les environs, se réduit à quelques tableaux d'artistes de ce pays.
Quoique ces tableaux ne méritent pas d'être rangés dans la première classe, nous avons cru cependant en recueillir quelque uns, parce qu'ils se rapprochent du genre italien, genre dans lequel les artistes liégeois ont cherché à se perfectionner à Rome (...).
De tous temps, les transferts patrimoniaux ont jalonné notre histoire.
L'un des cas les plus révélateurs est celui des saisies révolutionnaires françaises.
Faut-il envisager cet épisode sous le seul angle de la spoliation ?
Les recherches montrent que l'analyse doit être plus complexe.
Ainsi, il ne faut pas oublier que l'idéal révolutionnaire d'éducation par l'art fut, parfois, partagé par une partie des populations des territoires occupés.
Est-ce le cas à Liège ?
C'est ce que nous allons voir ...

Invité : Pierre-Yves KAIRIS, chef de la cellule Recherches en histoire de l'art et inventaire, à l'Institut royal du Patrimoine artistique (IRPA).
A dirigé l'ouvrage collectif « Nouveaux regards sur les saisies patrimoniales en Europe à l'époque de la Révolution française » ; Brepols.

14 heures : L'Histoire des vaccins 4/5

« D'après les opposants aux vaccins, ce procédé empoisonnerait notre organisme. Cet argument est présent depuis presque 3 siècles. Mais ce supposé poison, est-il le même en fonction des époques et des pays ? Tout excès peut être dangereux, voire mortel. C'est le cas de l'écologie politique, du vitalisme et du retour à la nature poussé à outrance. « Mère nature fait bien les choses, si le terrain est bon, vous ne tomberez pas malade. » Cet argument avancé par les antivaccins a parfois conduit à des catastrophes sanitaires. »

Une série réalisée par Cécile Poss et Helena Verrier

Détail

Un jour dans l'histoire - les séquences