Un Jour dans l'Histoire : Moyen-Age : viande avariée et épices sur Auvio

tous les sites
Un Jour dans l'Histoire

Un Jour dans l'Histoire

Séquences 0 / 3

La Première - Histoire

Un Jour dans l'Histoire

Moyen-Age : viande avariée et épices

  • 1 h 30 min

13h20 : Moyen-Age viande avariée et épices

Nous sommes en 1913.
James Harvey Robinson, éminent historien, né à Bloomington, dans l'Illinois, aux Etats-Unis, l'un des fondateurs de la célèbre revue New History, s'intéressant à l'usage intensif des épices au Moyen Âge, écrit :
« Il nous est difficile de comprendre cet engouement pour les épices qui nous intéressent beaucoup moins de nos jours.
Les épices servaient entre autre à la conservation des aliments, qui ne pouvaient se transporter rapidement en restant frais, la conservation par la glace n'existant pas encore.
De plus, les épices servaient à rendre les aliments avariés plus savoureux qu'ils ne l'auraient été autrement. »
Et voilà comment un préjugé, né aux siècles des Lumières, va s'ancrer encore un peu plus dans le récit collectif : la viande au Moyen Âge est pourrie et la profusion d'épices sert à en masquer les désagréments.
« Au reste, il paraît que ce goût pour les épiceries tenait beaucoup à la manière dont on vivait alors » avait énoncé, en 1782, un autre historien, français celui-là, Pierre Jean-Baptiste Legrand d'Aussy, qui poursuivait « à des estomacs qui se nourrissaient de viandes lourdes et indigestes, de cochonaille, de hérons, de chiens-de-mer, il fallait des assaisonnements chauds qui favorisassent la digestion ; et de-là sans doute vint l'usage du safran, de l'ail, de l'anis, de la coriandre, des herbes fortes, des aromates enfin, tant employés dans les aliments et les boissons. »
Alors comment démonter cette idée reçue devenu mythe ?
Remontons aux origines ...
Invité : Pierre Leclercq, membre du Centre de Gastronomie Historique, animateur de la chaîne youtube « L'histoire à pleines dents ».

14Heures « Sur les traces de Jean Eugène Robert Houdin », série magique en 4 épisodes

Episode 3 : Alors que le succès de son théâtre ne se dément pas, Jean Eugène Robert Houdin décide de se retirer de la scène après 7 ans de représentations quotidiennes. Il partira pour une dernière tournée sur les routes d'Europe au cours de laquelle il jouera devant de nombreuses têtes couronnées comme Louis Philippe ou la Reine Victoria.
Son théâtre lui survivra pourtant de nombreuses années et son dernier directeur s'appelle... Georges Méliès.

Une série réalisé par Régine Dubois

Détail

Un jour dans l'histoire - les séquences