Un Jour dans l'Histoire : La société à l'épreuve du vol ( XIXe-XXe) sur Auvio

tous les sites
Un Jour dans l'Histoire

Un Jour dans l'Histoire

Séquences 0 / 3

La Première - Histoire

Un Jour dans l'Histoire

La société à l'épreuve du vol ( XIXe-XXe)

  • 1 h 30 min

13h20 : La société à l'épreuve du vol ( XIXe-XXe)
Nous sommes le 10 novembre 1911, penchons-nous sur un article publié dans « Le Correspondant », revue catholique française.
Sous le titre « Les vols dans les musées », l'auteur de l'article regrette que l'administration des Beaux-Arts refuse d'acquérir un mécanisme susceptible de broyer le bras des voleurs.
Il argumente :
« On sait cependant, qu'aujourd'hui, le premier commerçant venu, voulant protéger ses fonds, les place dans un coffre dont le battant, lorsqu'il est crocheté, fait partir un pistolet qui tue un voleur.
A la campagne, les bonnes gens, pour défendre leurs poulets contre les maraudeurs, se servent d'un système pareil mais plus simple.
Ces années-ci, une bonne femme dont les lapins étaient volés installa, dans son clapier, un vieux fusil chargé à gros plomb dont la gâchette était tirée par une ficelle attachée à la porte .
Une nuit, le voleur vint, ouvrit la porte et reçut toute la décharge en plein corps .
Au jour, on le trouva mourant à cent pas de la maison.
Personne n'a plaint les voleurs pris au piège, aucun magistrat n'a, je crois, pensé à poursuivre ceux qui avaient employé ces mesures énergiques. »
Comment, au XIXe et au XXe siècles, s'est-on organisé pour faire face au vol ?
Des petits délinquants aux bandes organisées, de l'appropriation du bien d'autrui pour cause de pauvreté au hold-up spectaculaire, de quelle manière la pratique a-t-elle évolué ?
Le respect de la propriété privée a-t-il toujours été inscrit dans nos sociétés ?
Invité : Arnaud-Dominique Houte, professeur d'histoire contemporaine à Sorbonne-Université, spécialiste des questions de sécurité.
Auteur de « Propriété défendue - La société française à l'épreuve du vol » ; Gallimard.
14 heures : Le printemps selon Igor 2/5
Le rideau s'ouvre sur la première de L'Oiseau de feu. La crème de la société parisienne se retrouve à l'Opéra de Paris.
Au cours de cet épisode, nous rencontrons Vaslav Nijinsky, un artiste éperdu d'absolu. Il incarne Petrouchka, une pauvre marionnette sans défense mais qui ne lâche jamais prise.
Nijinsky raconte sa rencontre avec Serge Diaghilev et l'emprise qu'il subit.
Pendant l'été 1911, Igor se plonge corps et âme dans son plus grand chef-d'œuvre. Il travaille au Sacre avec le peintre Nicolas Roerich, un archéologue spécialiste des anciennes tribus slaves. Igor fait un voyage épique vers une des amies de Roerich, la Princesse Ténichev. C'est une protectrice de l'art russe qui a une intéressante collection d'art ethnique.
Igor confie : « Une image était gravée dans mon esprit. Celle d'une vieille femme habillée de peaux d'écureuil. (...) Les tempi qui me venaient à l'esprit étant follement rapides ! (...) Cela signifiait un immense travail d'écriture. Mais j'avais le sentiment de pénétrer le secret du rythme du printemps. »
Un feuilleton radiophonique en cinq épisodes écrit et produit par Axelle Thiry et réalisé par Thierry Lequeux
Avec la participation exceptionnelle de...
Thierry Hellin dans le rôle d'Igor Stravinsky
Alexandre Tharaud dans celui de Vaslav Nijinsky
Stéphanie Van Vyve dans celui d'Elisa Miller (journaliste fictive).

Détail

Un jour dans l'histoire - les séquences