Un Jour dans l'Histoire : L'origine des restaurants et le mythe de 1789 sur Auvio

tous les sites
Un Jour dans l'Histoire

Un Jour dans l'Histoire

Séquences 0 / 3

La Première - Histoire

Un Jour dans l'Histoire

L'origine des restaurants et le mythe de 1789

  • 1 h 30 min

13h20 : L'origine des restaurants et le mythe de 1789

Nous sommes en 1788.
C'est à Londres que paraît le premier tome d'un ouvrage intitulé « Tableau du nouveau Palais-Royal ».
Le livre, signé par le dramaturge François-Marie Mayeur de Saint-Paul, revient sur le succès, à Paris, à la veille de la Révolution, des restaurants qui ont fortement élargi leur offre à tout ce que peut offrir le traiteur.
Mayeur de Saint-Paul, qui a trempé sa plume dans du vitriol, écrit :
« Tous les hommes à prétentions vont chez le Restaurateur, et l'on regarderait de mauvais œil celui qui dirait qu'il a très-bien dîné chez le Traiteur.
On a attaché une singulière importance à ce mot Restaurateur, et l'on ne peut se rendre compte du motif d'adoption.
Voici comme l'on y est servi :
les salles sont vastes et garnies de tables couvertes de toile cirée verte, ce qui donne un air de propreté que la toile ne peut conserver longtemps.
On entre, l'on choisit la table que l'on veut ; aussitôt le garçon vous apporte une feuille de papier encadré, sur laquelle vous trouvez tout ce qui peut flatter votre goût. Les prix sont au bout de chaque article, de manière que vous pouvez être sûr de votre dépense ; ce qui, peut-être, est assez bien vu ; car l'on vend tout à un prix si exorbitant, que l'on pourrait fort mal dîner avec six francs.
Que les denrées soient plus ou moins chères, les prix du Restaurateur sont toujours les mêmes. (...).
Les femmes honnêtes et du bon ton n'y vont jamais.
Il y a des chambres particulières où l'on dîne et où l'on soupe avec l'élégante que l'on conduit ; ces duo ou quatuor coûtent toujours fort cher à celui qui s'avise de vouloir conduire des femmes chez les Restaurateurs.
Les salles au rez-de-chaussée ne sont fréquentées que par des hommes ; il y règne un silence profond ; chacun se regarde sans se parler. »
Voilà le sombre tableau que notre critique dresse des restaurants parisiens.
Mais à quand remonte l'origine de ces établissements ?

Invité : Pierre Leclercq, historien de la gastronomie

14 heures : « Les Enfers d'Henri-Georges CLOUZOT » 1/3

Fils de libraire, Henri-Georges Clouzot officie, début des années 30, comme journaliste, chansonnier, il écrit des livrets pour des opérettes et réalise un court-métrage avant de se rendre à Berlin comme réalisateur des versions françaises de films de la UFA. C'est là qu'il fit la connaissance de Fritz Lang et Anatole Litvak ... d'où, sans doute, l'influence évidente de l'expressionisme du cinéma allemand dans ses films à venir.
De retour à Paris, il sera scénariste d'une vingtaine de films réalisés entre autres par Carmine Gallone, Jacques de Baroncelli, ou encore Anatole Litvak.
A partir de 1941, il écrira deux scénarios pour la « Continental » (société de production cinématographique française financée et dirigée par l'occupant allemand) : « Le Dernier des six » de Georges Lacombe (1941) et « Les Inconnus dans la maison » d'Henri Decoin (1942), avant de passer lui-même à la réalisation d'une 15aine de films (dont un film à sketches et deux films inachevés) entre 1942 et 1968 : L'assassin habite au 21, Le Corbeau,Quai des Orfèvres, Manon, Le Salaire de la peur, Les Diaboliques, Le Mystère Picasso, Les Espions, La Vérité, La Prisonnière.
Henri-Georges Clouzot sera condamné, à la libération, à deux ans d'interdiction d'exercer son métier suite à son passage par la Continental et à « l'affaire du Corbeau » (considéré par certains comme un film pro-allemand ayant pour vocation de décrire les tares de la nation française ...).

L'invitée de Jean-Louis Dupont est Chloé Folens, Doctorante en histoire du cinéma 2 et l'autrice de deux ouvrages :
« Le mystère Clouzot », paru aux Editions Lienart et de la Cinémathèque française, Paris, 2017
« Les Métamorphoses d'Henri-Georges Clouzot », paru dans la Collection Cinéma des Editions Vendémiaire, Paris,2017

Détail

Un jour dans l'histoire - les séquences

Liens promotionnels