Un Jour dans l'Histoire : sur Auvio

tous les sites
Un Jour dans l'Histoire

Un Jour dans l'Histoire

Séquences 0 / 1

La Première - Histoire

Un Jour dans l'Histoire

  • 1 h 30 min

13h20 : LES FAUSSAIRES DE LA SHOAH

Nous sommes le 12 février 1941 dans le canton de Berne, en Suisse.
C'est ce jour-là que naît Bruno Grosjean, d'une mère qui se prénomme Yvonne et d'un père qui ne le reconnaîtra jamais.
L'enfant vivra ses premières années ballotté d'institutions en famille d'accueil jusqu'à son adoption pas la famille Dösseker.
Cinquante-quatre ans plus tard, en 1995, paraît, à Zurich, un récit écrit par un certain Benjamin Wilkomirsky : il s'intitule en français « Fragments ».
L'ouvrage suscite un immense élan médiatique et l'engouement d'un public nombreux.
Il s'agit de l'histoire d'un enfant d'origine lettonne qui, dès son plus jeune âge, fait face de la barbarie nazie.
L'enfant a vécu dans les camps de Maïdanek et Auschwitz.
A la libération, il est envoyé dans un orphelinat à Cracovie puis confié à la Croix-Rouge suisse avant d'être adopté par la famille Dösseker.
Trois ans après la parution du livre, un journaliste démonte ce témoignage que les survivants de la Shoah ont reconnu, pourtant, comme l'un des leurs : il s'agit d'un faux.
Bruno Dösseker devenu Benjamin Wilkomirsky est bien Bruno Grosjean.
En 1997, les éditions françaises Robert Laffont, rachètent les droits d'un ouvrage paru, quelques temps auparavant, aux Etats-Unis : il s'agit aussi du témoignage d'une rescapée de la Shoah, elle y raconte sa quête éperdue pour retrouver ses parents disparus à l'Est, et sa rencontre avec des animaux sauvages.
Misha Defonseca signe un poignant « Survivre avec les loups ».
Là aussi, nous sommes face à un faux.
Pourquoi les deux mystificateurs ont-ils utilisé les images de l'Holocauste ?
Quelle est la limite de leur mensonge ?
La recherche d'une identité, l'espérance d'une renommée sont-elles leur seules motivations ?
Il y a-t-il eu réelle envie de tromper ?
Defonseca et Wirkomirsky ont-ils cru en leur fable ?
La société capitaliste du spectacle a-t-elle sa part de responsabilité dans ce naufrage ?
Et nous, lecteurs, lectrices : quel est notre rôle ?
Avec nous : Coralie Vankerhoven, psychanalyste, autrice de « Se rêver rescapé - Essai sur des faussaires de la Shoah » ; EME éditions.

14h : Alexei Navalny

Alexei Navalny est le dernier exemple, du moins connu, d'empoisonnement par les Russes. Au cours du XXe siècle, la Russie a empoisonné de nombreuses personnes, espions ou opposants politiques.
L'exemple le plus célèbre et le plus rocambolesque est l'empoisonnement de Raspoutine en 1916. Quelques années plus tard, en 1921 , Lénine créé le laboratoire des poisons qui sera notamment très actif durant la Guerre Froide.
Nous évoquons cette histoire avec AndreÏ KozovoÏ : Maître de conférences à l'université de Lille, auteur des Services secrets Russes des tsars à Poutine aux éditions Tallandier.

Détail

Un jour dans l'histoire - les séquences

Liens promotionnels