Un Jour dans l'Histoire : sur Auvio

tous les sites
Un Jour dans l'Histoire

Un Jour dans l'Histoire

Séquences 0 / 2

La Première - Histoire

Un Jour dans l'Histoire

  • 40 min

13h15 : Le Duc de Saint Simon : un infiltré à Versailles

Nous sommes à la toute fin du 17e siècle, entre 1691 et 1699. Évoquant le vie à Versailles, dans un texte intitulé «Mariage du fils de M. le prince de Rohan», le duc de Saint-Simon écrit : « Et voilà à quoi sert de savoir les intrigues des cours : on infère des unes les autres, et on découvre de la connaissance des gens et de leurs liaisons, de leurs vues et de leurs intérêts, ce qu'ils seront capables premièrement de vouloir et puis de faire, et par là on prévoit ce qui doit arriver et conséquemment ce qu'il faudrait faire ou éviter. »
Attaché à l'ordre social établi, le duc qui fera activité de plume essentiellement après la mort de Louis XIV, en 1715, note dans ses gigantesques Mémoires :
« Il n'y a État monarchique, ni républicain, peuples policés ou non policés chez qui de tous temps les gradations ne soient établies [...]
On trouvera la même gradation chez les Hurons, chez les Iroquois, chez toutes les nations sauvages. Chaque habitation, quoique portative et changeante, a un chef, qui a des conseillers, et des anciens que les autres sauvages respectent, auxquels ils cèdent dans leurs conseil, dans leurs gestes de danses et de festins, dans le peu qu'ils ont de cérémonie, enfin partout entre eux. »
Mémorialiste du siècle du roi-Soleil, bien que souvent cité comme référence par les historiens, Saint-Simon n'a pas toujours la place qu'il mérite.
Lui qui prétendait « Mettre son lecteur au milieu des acteurs de tout ce qu'il raconte, en sorte qu'il croie moins lire une histoire ou des mémoires, qu'être lui-même dans le secret de tout ce qui est représenté, et spectateur de tout ce qui est raconté ».
Faut-il s'intéresser, aujourd'hui, au duc de Saint-Simon ?
Qu'a-t-il à nous apprendre ?
Invité : Luc Dellisse, romancier, essayiste

13h45 : Série Al Musiqa, les voix du monde arabe : Leila Morad, la lumineuse égyptienne

Voyagez toute cette semaine dans le monde arabe à travers des portraits de musiciens peu ou pas du tout connus de nos contrés occidentales. De Tanger à Bagdad, la culture arabe est à la fois riche et multiple de plusieurs identités et a donné naissance à une profusion de courants musicaux aussi riches que variés qui ne se sont pas toujours exporter en dehors des frontières.
Hajar Boulaich vous propose de découvrir 5 portraits d'artistes issus de pays différents, avec des dialectes et des sonorités distincts qui ont à chaque fois marqué leur pays et leur époque.

Détail

Un jour dans l'histoire - les séquences

Liens promotionnels