Un Jour dans l'Histoire : Transformation des polices belges depuis le dix-huitième siècle sur Auvio

tous les sites
Un Jour dans l'Histoire

Un Jour dans l'Histoire

Séquences 0 / 3

La Première - Histoire

Un Jour dans l'Histoire

Transformation des polices belges depuis le dix-huitième siècle

  • 1 h 12 min

13H20 : Transformation des polices belges depuis le dix-huitième siècle

Nous sommes en 1930.
Dans la « Revue belge de la police administrative et judiciaire », le procureur général Léon Cornil, écrit :
« Nous sommes de ceux qui croient que les condamnations avec sursis, la libération, conditionnelle, les dispositions légales concernant la délinquance juvénile, les services anthropologiques, les annexes psychiatriques, les régimes nouveaux appliqués en matière pénitentiaire, les mesures de sécurité préconisés par l'Ecole positive, les projets de l'individualisation de la peine, sont autant de progrès nécessaires et bienfaits (...)
Le bon sens belge a pour programme en matière criminalistique : « La peur du gendarme est le commencement de la sagesse ».
Ayons une bonne police, mais ayons derrière elle, des juges qui punissent sévèrement quand il faut, car si le criminel entrevoit une chance d'échapper au châtiment, il risquera cette chance en commettant son forfait ».
Mais qu'est-ce qu'une bonne police ?
Comment a-t-elle évolué depuis le dix-huitième siècle,
C'est ce que nous allons voir...

Invité : Jonas Campion, dr en histoire de l'UCL et de Paris-Sorbonne, chercheur à l'Institut de recherches historiques du Septentrion, à Lille, chargé de cours invité à l'UCL.
Il a dirigé l'ouvrage collectif « Organiser, innover, agir - Réformer et adapter les polices en Belgique (18e-21e siècles) » paru aux éditions Presses Universitaires de Louvain.

14 heures : Ludwig van Beethoven (7/12 )

Nous sommes en 1802. Beethoven rédige ce que la postérité a appelé le Testament d'Heiligenstadt. C'est une lettre dans laquelle le compositeur confie à ses frères qu'à cause de sa surdité, un drame pour un musicien, il pense se suicider. Mais il leur écrit aussi que c'est l'art et lui seul qui l'a retenu. Beethoven se sent désormais investi d'une mission. Sa souffrance ne sera pas veine. Grâce à la musique, il va aider les hommes à surmonter leurs douleurs, tout comme sa musique, l'a aidé, lui, à dépasser sa souffrance ».

Une série réalisée par Cécile Poss et Marion Guillemette

Détail

Un jour dans l'histoire - les séquences

Liens promotionnels