Un Jour dans l'Histoire : sur Auvio

tous les sites
Un Jour dans l'Histoire

Un Jour dans l'Histoire

Séquences 0 / 3

La Première - Histoire

Un Jour dans l'Histoire

  • 1 h 9 min

13h20 : Les salons artistiques : accélérateurs de notoriété depuis le XVIII siècle

Nous sommes en 1839.
Dans l'avant-propos de la nouvelle qu'il publiera l'année suivante, intitulée « Pierre Grassou », nouvelle qui propose une réflexion sur les rapports de la bourgeoisie avec l'art, plus particulièrement la peinture, Honoré de balzac écrit :
« Depuis 1830, le Salon n'existe plus.
Une seconde fois, le Louvre a été pris d'assaut par le peuple des artistes qui s'y est maintenu.
En offrant autrefois l'élite des œuvres d'art, le Salon emportait les plus grands honneurs pour les créations qui y étaient exposées.
Parmi les deux cents tableaux choisis, le public choisissait encore : une couronne était décernée au chef-d'œuvre par des mains inconnues.
Il s'élevait des discussions passionnées à propos d'une toile.
Les injures prodiguées à Delacroix, à Ingres, n'ont pas moins servi leur renommée que les éloges et le fanatisme de leurs adhérents.
Aujourd'hui, ni la foule ni la Critique ne se passionneront plus pour les produits de ce bazar.
Obligées de faire le choix dont se chargeait autrefois le Jury d'examen, leur attention se lasse à ce travail ; et, quand il est achevé, l'Exposition se ferme (...)
Tout fut perdu lorsqu'il se continua dans la galerie.
Le Salon aurait dû rester un lieu déterminé, restreint, de proportions inflexibles, où chaque genre eût exposé ses chefs-d'œuvre.
Une expérience de dix ans a prouvé la bonté de l'ancienne institution.
Au lieu d'un tournoi, vous avez une émeute ; au lieu d'une Exposition glorieuse, vous avez un tumultueux bazar ; au lieu d'un choix, vous avez la totalité. Qu'arrive-t-il ?
Le grand artiste s'y perd ».
Amer constat de l'auteur de « La comédie humaine » qui déplore ce que sont devenus ces Salons de peinture et de sculpture, qui ont fait et défait des renommées, ont crée tant d'amertume et de rancœur, mais ont été des viviers artistiques de premier ordre.
Comment sont nés ces Salons, comment ont-ils traversé les siècles ?

Invité : Dimitri Joannidès, expert en art moderne & contemporain chez FauveParis, maison de vente aux enchères, et porte-parole de la Compagnie d'Expertise en Antiquités et Œuvres d'art (C.E.A.)

14 heures : Colette et les bêtes

Colette aimait les animaux, on l'a souvent vue poser avec ses chiens et ses chats.
Gérard Bonal, journaliste spécialiste de Colette, a recensé les traces d'animaux dans sa vie et son œuvre.
« Colette et les bêtes »( éditions Tallandier) nous montre qu'une multitude d'animaux domestiques et sauvages ont croisé la route de l'auteure qui n'hésitait pas à dire : « Sans bêtes, je m'appauvris ».

Une séquence réalisée par Régine Dubois

Détail

Un jour dans l'histoire - les séquences

Liens promotionnels