Un Jour dans l'Histoire : sur Auvio

tous les sites
Un Jour dans l'Histoire

Un Jour dans l'Histoire

Séquences 0 / 3

Un Jour dans l'Histoire

  • 1 h 10 min

13h20 : Histoire, mémoire et identité : les fêtes nationales, régionales et communautaires en Belgique

Depuis la fin du 19e siècle, la fête nationale belge est célébrée le 21 juillet, en commémoration de la prestation de serment de Léopold Ier en 1831. Aujourd'hui, la Belgique connaît en outre cinq fêtes régionales ou communautaires : celle de la Région de Bruxelles-Capitale le 8 mai, en référence à la victoire de la démocratie sur le fascisme en Europe en 1945, celle de la Communauté flamande le 11 juillet, en souvenir de la bataille des Éperons d'or de 1302, celle de la Région wallonne le troisième dimanche de septembre et celle de la Communauté française le 27 septembre, toutes deux en mémoire des Journées de Septembre 1830, et celle de la Communauté germanophone le 15 novembre, jour de la fête du Roi.
Le choix de chacune de ces six dates participe de la définition, de la construction et de la visibilité d'une conscience collective, nationale, régionale ou communautaire. L'État belge souligne le pacte privilégié qui est censé unir la nation à son souverain. La Wallonie affermit son identité régionale par le moyen d'une tradition populaire ancrée de longue date. La Communauté française puise dans le passé un exemple emblématique de solidarité entre Wallons et Bruxellois francophones au nom de la langue et de la culture. La Flandre appuie sa double volonté de défendre sa langue et sa culture sur son territoire et d'accéder à une autonomie accrue à l'intérieur du cadre fédéral belge. La Région bruxelloise met en avant son action en faveur de la démocratie et du multiculturalisme. La Communauté germanophone affirme son attachement à la monarchie belge et, par-là, à la Belgique.

Invité : Cédric Istasse, Rédacteur en chef du « Courrier hebdomadaire »

14 heures : le rideau de fer

« Dans la nuit du 12 au 13 août 1961, les autorités est-allemandes soutenues par l'URSS ont hermétiquement fermé le rideau de fer en érigeant le mur de Berlin. L'angoisse, la colère, l'injustice et le désarroi ressentis par les Berlinois sont accentués par la non-réaction des pays Occidentaux. C'est que dans ce contexte de Guerre Froide, le Mur aurait évité une 3e Guerre mondiale. »
Une séquence réalisée par Cécile Poss

Détail

Un Jour dans l'Histoire

Un jour dans l'histoire - les séquences

Liens promotionnels