Le 8/9 - La revue de presse : sur Auvio

tous les sites
Transine-Touriste

Vivacité - Media

Transine-Touriste

  • 5 min 48 s

DES VOITURES ESPI
DANS LA CIRCULAT
gnalée, la patrouille est prévenue,
ça nous permet de cibler le véhicule et d’interpeller. »
GSM AU VOLANT
Mais on va pouvoir aller prochainement bien plus loin, grâce aux
caméras installées notamment
sur les portiques de nos routes. La
prochaine utilisation intéressante
concerne un véritable fléau, en
augmentation, selon Vias :
l’usage du GSM au volant. « Nous
allons bientôt faire la démonstration de l’utilisation des caméras
ANPR pour le GSM au volant », explique Benoît Godart, porte-parole de l’institut
Vias. « On va placer des caméras
sur une autoroute désaffectée
près d’Anvers pour effectuer des
tests et voir si quelqu’un utilise
son GSM en conduisant. Aux
Pays-Bas, ça fonctionne déjà. Le
logiciel qui analyse les images
permet de repérer les contrevenants, c’est ensuite confirmé
par un agent. » Précisons qu’il
faudra modifier la loi pour permettre l’utilisation de cette technologie dans ce cadre.
On pourrait s’étonner qu’à
l’heure où les systèmes de téléphones mains libres sont devenus monnaie courante, ce type
d’infraction continue d’augmenter. « La pire utilisation des
GSM au volant, ce sont les réseaux sociaux », reprend
M. Godart. « Et les gens
qui envoient des messages. Samedi, j’ai vu une
dame sur la bande de
droite, à 80 km/h, en train
d’envoyer des messages.
On les repère tout de suite,
ceux-là. »
Un vrai danger, que les caméras ANPR pourront
combattre. Et à l’avenir,
on peut même imaginer
de détecter ainsi le nonport de la ceinture de sécurité. Rappelons enfin que
ces caméras ne sont pas
des radars et ne permettent pas de flasher les
excès de vitesse. Par
contre, c’est bien cette
technologie qui est utilisée pour les radars tronçon. -
BENOÎT JACQUEMART
Peu nombreux sont les automobilistes qui respectent la
zone 30 km/h affichée à l’entrée du village de Solwatser, sur
la commune de Jalhay. Et pourtant, de nombreux panneaux et
marquages au sol rappellent
aux conducteurs que toute l’agglomération est limitée à cette
vitesse. Et le plus incroyable
dans tout ça, c’est que cette limitation imposée durant ces 15
dernières années n’était pas du
tout officielle. Et pour cause, le
SPW (Service public de Wallonie) avait refusé la demande de
la commune. Un refus qui n’a
pas empêché les autorités
d’agir comme s’ils avaient reçu
l’accord. Mais quinze années
plus tard, le SPW a revu sa position et a accepté cette limitation de vitesse. C’est la première fois que le SPW autorise
à limiter à 30 km/h toute une
agglomération.
AUCUN TROTTOIR NI
ACCOTEMENT
« Une déléguée du SPW
est venue sur place.
Quand nous sommes arrivés à
Solwaster, elle m’a demandé
de m’arrêter car elle n’avait jamais vu un panneau zone 30
placé au-dessus d’un panneau
d’agglomération (rires) ! Une
fois dans le village, elle s’est
bien rendu compte que c’était
nécessaire de garder cette limitation », explique Michel Parotte, échevin de la Mobilité
avant de préciser « ici, c’est un
petit village avec des rues très
étroites. Il n’y a pas énormément de place de parking,
donc tout le monde, et surtout
les nombreux touristes, se
garent un peu n’importe comment sur la place, on ne saurait pas rouler à 50 km/h »,
ajoute-t-il. Le bourgmestre de
la commune est lui aussi du
même avis et est ravi que la situation soit désormais officielle. Il ajoute également que
c’est très difficile pour les piétons de circuler dans ce petit
village car il n’y a aucun trottoir et aucun accotement.
Il est donc important que les
véhicules roulent lentement
puisqu’ils se partagent la voirie avec les usagers à mobilité
douce. Et c’est justement ce
principe de mobilité partagée
qui a influencé le choix du
SPW. « C’est une décision prise
à la sortie du confinement où
l’on s’est rendu compte
qu’énormément de personnes
voyageaient de plus en plus à
pied, à vélo, etc. Il y a aussi
une volonté du gouvernement de favoriser la mobilité active et partagée. Si les riverains et les autorités communales soutiennent à fond le
dossier et que les caractéristiques du village font que c’est
nécessaire, il n’y a aucune raison de s’y opposer », explique
Christophe Blerot, porte-parole du SPW Mobilité Infrastructures. C’est donc une première en Wallonie mais qui
pourrait se concrétiser ailleurs,
si le projet voit le jour.
LES HABITANTS SONT MITIGÉS
Mais si les autorités communales et le SPW sont convaincus de l’utilité de cette limitation, ce n’est pas le cas pour
tous les habitants du village
qui avouent ne pas respecter
la vitesse partout. Pour eux, il
est clair que le cœur du village doit être limité à 30 km/h
car il y a une école primaire et
maternelle mais ils ne comprennent pas pourquoi cela
s’étend à toute l’agglomération. Qu’à cela ne tienne,
puisque la limitation est désormais officielle, les personnes qui ne la respectent
pas seront désormais sanctionnées. Des contrôles devraient arriver
prochainement… -
OCÉANE GASPAR
Peu d’automobilistes respectent la zone 30 dans la montée qui conduit à Solwaster. © O.G.
Voilà 15 ans que le petit
village de Solwaster
situé sur la commune
de Jalhay est une immense zone 30. Et
pourtant, malgré les panneaux
affichés dans le village, il n’y
avait rien d’officiel puisque le
SPW avait refusé cette limitation
de vitesse. 15 ans plus tard, le
SPW a revu sa position. C’est la
première fois que toute une
agglomération est limitée à 30
km/h.
C’est la seule agglomération en zone 30 en Wallonie
SOLWASTER (JALHAY)
Tout le village passe
en zone 30 km/h !
IONS
TION

Détail

Extraits

Chargement ...
Liens promotionnels