Namur Matin : Namur Matin sur Auvio

tous les sites
Trafiquer son scooter : une pratique dangereuse !

Vivacité - Régions

Trafiquer son scooter : une pratique dangereuse !

Namur Matin

  • 2 min 42 s

Les 2 roues actuels ne sont plus ceux d’hier. En cause : la baisse des coûts de production.
Bruno Mardaga est formateur chez FEDEMOT, une asbl active dans le domaine de la prévention à la sécurité routière chez les jeunes. Il organise, gratuitement, de nombreuses journées de sensibilisation dans les écoles secondaires depuis bientôt 20 ans. Il ne cesse de rappeler que chez nous, en Belgique,  la route est encore la première cause de décès chez  les jeunes âgés entre 16 et 24 ans.

Aujourd’hui, il se rend au collège Saint-André de Fosse-La-Ville. Il va, entre autres, mettre en garde les jeunes face aux dangers des trottinettes électrique et des scooters. Si, il y a 20 ans, trafiquer son 2 roues était une pratique répandue, ce geste aujourd’hui n’est ni  anodinni  sans conséquences.  D’une part, parce que les scooters d’aujourd’hui ne sont pas les mobylettes d’hier. On est passé au mono-bras pour des raisons d’économie à la fabrication, même pour les grandes marques. La roue arrière sur les scooters n’est pas maintenue par des amortisseurs comme c’est le cas de véhicules plus rapides. D’autre part, si le véhicule est débridé, ce n’est plus un 50 cm3 : pour les assurances il s’agit alors d’une moto. Assurance qui se retournera alors contre vous, que vous soyez en droit ou en tort.



Bruno Mardaga était l’invité de Namur matin ce jeudi 05 décembre.

Détail

Liens promotionnels