Vivre ici Namur-BW-Luxembourg : Vivre ici Namur, Luxembourg et Brabant wallon sur Auvio

tous les sites
Situation de crise... comment les jeunes peuvent-ils continuer à faire des rencontres ?

Vivacité - Lifestyle

Situation de crise... comment les jeunes peuvent-ils continuer à faire des rencontres ?

Vivre ici Namur, Luxembourg et Brabant wallon

  • 3 min 45 s

t aujourd'hui il est question des "bons plans" pour que les jeunes, malgré la crise, puissent continuner à faire des rencontres ...


Et c'est en compagnie de Céline Vanhemelryck d'Infor Jeunes qui nous confirme que "malgré le confinement, l’absence de soirées, de restos et de sorties, il est toujours possible de faire des rencontres amoureuses, même si c’est plus difficile certes. Le tout est de savoir où et comment chercher, se doter d’un peu d’imagination, et vous verrez que parfois il ne faut pas aller bien loin"

Et pour ce faire il y a les appli classiques : "Tinder, Instagram, Fruitz, Happn qui cartonnent chez les jeunes (...) . Pourquoi ne pas bousculer les habitudes et tester le rdv vidéo par exemple : on se fait beau ou belle, on allume des petites bougies, on se prend une petite bière ou un verre de bulle, un fond de musique, ça peut être une chouette expérience, il faut essayer de le prendre comme ça. Et puis voyons le positif, s’il n’y a pas de match, pas besoin de trouver une excuse, il suffit d’un clic sur le bouton rouge".

Si la météo le permet, y a t-il possibilité d’organiser un rendez-vous en extérieur ? "Tout à fait. Pour les plus timides, le port du masque est finalement plutôt cool pour cacher un sourire gêné, des joues qui rougissent, et une fois qu’on se sent à l’aise on peut l’enlever, en gardant évidemment une distanciation. Pour le dire avec amour et rester dans le thème de notre chronique, Infor Jeunes le rappelle : le covid est une maladie sensuellement transmissible, donc sortez masqués (et couverts J )".

Des bons plans ? "Certaines villes ont installés des petits kiosques où il est possible de prendre un café à emporter ou quelque chose à grignoter, il y a un peu de musique, c’est une chouette ambiance. Les jeunes peuvent aussi commander à manger et allez s’installer dans un endroit avec une chouette vue. C’est finalement plutôt cool et original pour un premier rendez-vous. C’est aussi le moment de faire appel à sa créativité et de réinventer finalement le date".

"Pourquoi ne pas s’intéresser de plus près à ses camarades d’école ou d’unif. Finalement, il y a peut-être une jolie fille ou un joli garçon qu’on n’avait pas repéré, à qui on peut poser une question ou demander de l’aide. Il y a aussi notre voisinage, beaucoup de jeunes se sont mis au running, il y a peut-être un canon célibataire qui cherche un ou une partenaire de course. Dans certaines communes, il y a des groupes de courses à pied par exemple. Pas besoin nécessairement d’un écran de smartphone pour rencontrer l’amour en 2021".





Cette réinvention des rencontres amoureuses a-t-elle un effet positif ? "On peut voir les choses de cet œil-là tout à fait. Ce qui est positif c’est que la situation a rendu les rencontres plus lentes : plus de discussions par messages, ce qui rend les conversations plus profondes, les jeunes vont davantage attendre avant de se rencontrer. Il y a moins cette notion de surconsommation des rencontres, généralement très présente chez les ados. Aujourd’hui on est plus dans du slow dating, et les histoires qui aboutissent sont en général plus sérieuses que des histoires sans lendemain. Le fait de se voir en extérieur repousse également le moment des premiers contacts physiques. Finalement, prendre son temps, ça a que du bon, les jeunes profitez-en pour faire durer le plaisir !"

Détail