Retour aux sources : Baby Cages sur Auvio

tous les sites
Retour aux sources

La Trois - Histoire

Retour aux sources

Baby Cages

  • Sous-titres
  • 1 h 13 min

Dans les derniers mois de la deuxième guerre mondiale, Hitler nie l'évidence d'une défaite annoncée. Dans une tentative démente d'inverser le cours de la guerre, il alimente son armée par des recrues de plus en plus jeunes. Soumis à la propagande nazie des leur plus jeune âge, ces petits soldats sont envoyés dans des combats perdus d'avance où ils se battent pour la plupart, avec fanatisme. Environ 10 000 de ces jeunes combattants seront faits prisonniers par l'armée américaine et envoyés dans le camp d'Attichy, dans l'Oise, où ils seront séparés des adultes afin d'être rééduqués dans une section spéciale appelée " Baby Cages ". A l'initiative des responsables du camp trés inquiets de leur degré d'endoctrinement, ils sont considérés et traités comme des victimes du régime nazi. Une école est alors créée au sein des Baby Cages encadrées par des théologiens et des professeurs allemands prisonniers triés sur le volet, afin de les guider vers un esprit de tolérance et de démocratie. C'est au cours d'une conversation que Winfried Börsch, notre témoin principal, a raconté à sa fille, réalisatrice de ce film, l'histoire des " Baby Cages " où il fût interné au printemps 1945. Aujourd'hui âgé de 92 ans, Winfried Börsch est l'un des derniers témoins vivants de ce fait historique tombé dans l'oubli. Il nous raconte cette expérience qui fût pour lui, un premier pas vers la liberté. Réalisation : Marie Börsch. Production : Les Films en Vrac pour Toute l'Histoire. Débat : Pour creuser la question de la sortie d'un endoctrinement et celle des adolescents endoctrinés à la fin de la 2e guerre mondiale notamment en Belgique, Elodie de Sélys recevra en plateau : Pierre Muller, historien (UCLouvain) spécialisé dans l'histoire militaire, et plus particulièrement l'armement et la captivité de guerre après la Seconde Guerre mondiale. Il est également militaire de réserve, ce qui lui permet donc d'avoir une véritable casquette d'historien-militaire. Nicolas Zdanowicz, professeur de psychiatrie à l'UCLouvain et chef de clinique au CHU Mont-Godinne-Namur.

Détail