#POPUP 12H30 : Fanny Guéret sur Auvio

tous les sites
Résultats d'une étude sur la représentation des femmes au cinéma et à la télé

Résultats d'une étude sur la représentation des femmes au cinéma et à la télé

Fanny Guéret

  • 5 min

Les résultats d'une nouvelle étude parue la semaine dernière sur la représentation des filles dans les médias? oui et c'est la deuxième d'une nouvelle série qui examine chaque année les comportements, attitudes et croyances qui limitent la liberté et les opportunités des filles dans des secteurs spécifiques.
Et ce secteur analysé ici c'est celui du cinéma et de la télé. L'étude s'intitule Rewrite the story, et ceux qui l'ont réalisée c'est Plan International, une organisation humanitaire britannique, et le Geena Davis Institute on Gender in Media, fondé par l’actrice hollywoodienne, qui milite depuis longtemps pour une représentation plus équitable des femmes à l’écran. Pour la réaliser, ils ont utilisé un logiciel de reconnaissance faciale et vocale pour analyser la représentation des femmes au cinéma et à la télé. Cet outil a passé en revue 56 des films les plus rentables de 2018 dans 20 pays, dont les États-Unis, le Zimbabwe, le Canada, l’Inde, le Japon, l’Allemagne, la Suède ou encore les Pays-Bas.
Ce qu'il en ressort, c'est pas terrible: c'est globalement que les portraits d’héroïnes féminines racontés au cinéma d’un point de vue masculin dessert les femmes et les filles dans le monde entier. 
“Les films les plus populaires dépeignent un monde dirigé par les hommes, pour les hommes”, et “les cinéastes sont, eux aussi, principalement des hommes”.
Des chiffres qui parlent, par exemple dans les films analysés pour l'étude: les femmes de pouvoir ont quatre fois plus de chances “d’apparaître dans des tenues suggestives” que les hommes (30% contre 7%).
Dans les 56 films en question, elles sont près de deux fois plus susceptibles “d’apparaître partiellement dénudées” (15% contre 8%), et quatre fois plus d’être “complètement nues” à l’écran (2% contre 0,5%).
L’étude a aussi montré que les femmes avaient près de quatre fois plus de chances d’être présentées comme des objets sexuels (par exemple, quand “la caméra passe lentement sur une partie de leur corps”) et cinq fois plus d’être harcelées sexuellement.
Les hommes sont non seulement plus présents à l’écran mais occupent plus de positions de leaders, sont montrés comme plus intelligents et plus efficaces, et quand les femmes le sont aussi, elles seront en même temps sexualisées !
La principale recommandation de l’étude est évidemment d'engager des réalisatrices, et de soutenir leur travail.
Bon, le truc aussi c'est que dans cette analyse de 56 films, aucun n'a été réalisé par une femme, donc forcément tout se tient, même si 25% comptaient au moins une femme productrice et 10% une femme scénariste.
Donc en fait, rien de bien neuf, d'autres études avaient déjà démontré l’importance de représenter des femmes et des filles fortes à l’écran, et dénoncé le manque de femmes réalisatrices pour des plus grosses productions hollywoodiennes.
Alors oui le mouvement #MeToo fait avancer les choses, on a vu le succès du film Queens, ou la minisérie Netflix Unbelievable vraiment centré sur les filles et les femmes victimes de viol, mais on peut faire beaucoup plus.
Après ils ont aussi interviewé des réalisatrices qui sont assez optimiste set pensent qu'on est entré dans une ère de changement.
Et puis dans cette étude, ils ont aussi questionné des jeunes filles et femmes âgées de 15 à 25 ans  sur la manière dont elles perçoivent cette représentation des femmes dans les médias. Et beaucoup se sont dites découragées face aux rôles dans lesquels sont reléguées les femmes: ménagère, bonne copine ou cible amoureuse des premiers rôles masculins. Elles disent clairement qu’elles sont influencées par ce qu’elles voient dans les films, donc il faudrait clairement leur montrer d’autres modèles !
Ici l’étude portait sur la représentation des femmes à l’écran mais c’est un problème bien plus global puisque les femmes sont largement sous-représentées dans les postes de direction au gouvernement et dans les entreprises. Elles constituent 51% de la population, mais n'occupent que 23% des sièges législatifs et seulement 11% des postes de chef de l'État. Et moins de 7% des postes de PDG dans les 500 1ères entreprises américaines sont occupées par des femmes. Bref, le chemin de l’égalité est encore long !

Détail

#POPUP 12H30

Extraits

Chargement ...
Liens promotionnels