Regard sur… : " Naitre d'une autre " sur Auvio

tous les sites
Regard Sur - Débat sur la gestation pour autrui

La Trois - Documentaires

Regard Sur - Débat sur la gestation pour autrui

" Naitre d'une autre "

  • 45 min

Julie Morelle abordera la question de la GPA (Gestation Pour Autrui) à la suite du documentaire "Naître d'une autre". Ce film de Cathie Dambel explore la question sous toutes ses facettes en s'installant une année durant, au cœur d'un service qui la rend possible : le CHU St-Pierre de Bruxelles. Depuis les questionnements de l'équipe pluridisciplinaire (gynécologues, psychologues, biologistes et infirmières) jusqu'à la rencontre des protagonistes, s'élabore la possibilité d'une histoire dans laquelle une femme accepte de porter un enfant pour une autre... LE DOCUMENTAIRE : NAITRE D'UNE AUTRE Au nom du droit à l'enfant, la science a permis de déve- lopper la pratique de la gestation pour autrui.¶Est-elle une avancée ? Si oui, à quelles conditions ? Le lm explore ces questions sous toutes ses facettes en s'installant une année durant au cœur d'un service qui la rend possible, au C.H.U. St-Pierre de Bruxelles, la Belgique tolérant la GPA à condition qu'elle ne soit pas commerciale. Depuis les questionnements de l'équipe - composée de gynécologues, psychologues, biologistes et infirmières - jusqu'à la rencontre et au suivi des protagonistes, s'éla- bore la possibilité d'une histoire dans laquelle une femme accepte de porter un enfant pour une autre. Réalisation : Cathie Dambel. Production : Abacaris Films / Images Création / ARTE GEIE / RTBF. LE DEBAT : En Belgique, la gestation pour autrui n'est encadrée par aucune loi. Ce vide juridique permet à des personnes qui, le plus souvent, ont épuisé toutes les autres possibilités, de devenir parents en faisant appel à une mère porteuse. Seuls 4 hôpitaux en Belgique pratiquent cette technique de procréation médicalement assistée, et selon des règles très strictes : la femme doit être dans l'incapacité physique de porter un enfant ; la mère porteuse ne peut pas être rémunérée, doit être une proche du couple d'intention et être en bonne santé. Enfin, elle ne peut fournir ses propres ovules, ce qui rend les choses encore plus complexes, notamment pour les couples d'hommes qui, en plus de devoir trouver une gestatrice, devront trouver une donneuse d'ovocytes. La GPA, une pratique encore marginale qui suscite un certain nombre d'interrogations. Pour en parler, Julie Morelle reçoit le Dr Laurie Henry, Directrice du Centre de Procréation Médicalement Assistée de l'ULiège-hôpital de la Citadelle, Nathalie Delsupexhe, mère porteuse pour des amis, Michel Dupuis, prof à l'Institut supérieur de philosophie de l'UCLouvain et spécialiste en éthique biomédicale, et Fabien Gaudry, en couple homosexuel et père de 2 enfants conçus par GPA aux Etats-Unis.

Détail

Bonus

Chargement ...