Vivre ici Namur-BW-Luxembourg : Vivre ici Namur, Luxembourg et Brabant wallon sur Auvio

tous les sites
Quid des examens de fin d'année ?

Vivacité - Lifestyle

Quid des examens de fin d'année ?

Vivre ici Namur, Luxembourg et Brabant wallon

  • 4 min 39 s

Avant de passer par la case vacances de Noël, les étudiants du secondaire devront pour certains passer par la case examens de fin d’année. Système de présence hybride pour certains, présence obligatoire pour d’autres, pas toujours évident d’y trouver son compte et de se préparer aux évaluations.


C'est notre sujet en collaboration avec Infor Jeunes. Et c'est en compagnie de Céline VAN HEMELRYCK qui nous éclaire sur l’organisation des bilans de fin d’année en temps de pandémie . Les examens de fin d'année sont ils maintenus ? "En avril dernier, Caroline Desir, Ministre de l’Education avait évoqué effectivement l’annulation des examens, notamment des épreuves certificatives liées à l’octroi du CEB et du CESS. Pour finir, elle s’est prononcée sur le sujet vendredi passé et souhaite maintenir les épreuves de fin d’année. Chaque école va tenter de faire au mieux. Certains établissements ont décidé de reporter les examens en janvier, d’autres les maintiennent. D’autres écoles ont privilégié les évaluations continues certificatives pour tenter au maximum de maintenir une dynamique. Et donc, les jeunes vont donc devoir se référer aux décisions de leurs établissements"

Pour les écoles qui ont décidé de maintenir les examens, comment ça se passe ?
"Il y a une sélection des programmes à côté desquels les enseignants ne peuvent pas passer. Et ce sont ces matières-là qui seront privilégiées lors des évaluations. Idem dans l’enseignement de type technique, où l’aspect pratique représente une majorité des apprentissages, par exemple formation coiffure, menuiserie, etc., il y a un focus sur les matières essentielles. On conseille vraiment aux jeunes de réviser et de se focaliser les matières de base."

Y-a-t-il des aides sont accessibles aux jeunes si ils ont des questions, des doutes ou tout simplement besoin d’une oreille attentive ?
"Les écoles sont invitées à ouvrir la collaboration à un réseau d’acteurs. Un réseau plus large que ceux qui sont déjà impliqués dans l’accompagnement les élèves dans des contextes extra ou parascolaires. Je pense par exemple aux écoles de devoirs, aux maisons de jeunes, aux éducateurs de quartiers. Les jeunes peuvent également pousser la porte d’un de nos 15 centres, on est aussi là pour ça. Et en plus de ça, il y a aussi des services d’accompagnement à l’apprentissage, un service social qui offre un soutien psychologique, des connexions wifi gratuites, des prêts d’ordinateur".

Comment font les jeunes qui ne possèdent pas du matériel adapté ?
"C’est malheureusement une réalité, il y a des inégalités matérielles. Pour vous donner une idée, 88% des élèves ne disposent pas d’un ordinateur personnel en primaire contre 44% en secondaire. C’est également une des causes du décrochage scolaire lié au Covid. Alors, les élèves pour lesquels l’enseignement à la maison via les technologies n’est pas possible, il y a des alternatives. Par exemple l’accueil prioritaire de ces élèves-là à l’école, notamment dans les locaux informatiques. Il y a aussi l’envoi des devoirs par courriel. Il y a donc des initiatives en place pour que tous aient les mêmes chances de réussite".

Détail

Extraits

Chargement ...